Texte support pour la saynète n° 3 : Nastassja Martin

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 28 novembre 2022 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Je travaille depuis des années dans un Grand Nord bouleversé par des mutations profondes. Je sais faire avec les métamorphoses, l’explosion, le kairos, l’événement. Je trouve quoi dire, parce que la situation de crise me paraît toujours bonne à penser ; parce qu’elle recèle la possibilité d’une autre vie, d’un autre monde. Par contre, je n’ai jamais su faire avec l’apaisement ni la stabilité ; le calme n’est pas mon fort.

Je me dis que sans me l’avouer j’ai dû chercher sur la plaine d’altitude celui qui révélerait enfin la guerrière en moi ; que c’est sûrement pour cette raison que lorsqu’il m’a coupé la route je ne l’ai pas fui. Au contraire j’ai plongé dans la bataille comme une furie, et nous avons marqué nos corps du signe de l’autre. Je me l’explique difficilement, mais je sais que cette rencontre a été préparée. J’ai de longue date posé tous les jalons nécessaires pour me mener dans la gueule de l’ours, vers son baiser. Je me dis : qui sait, peut-être que lui aussi.

Je crois qu’enfants nous héritons des territoires qu’il nous faudra conquérir tout au long de notre vie. Petite, je voulais vivre parce qu’il y avait les fauves, les chevaux et l’appel de la forêt ; les grandes étendues, les hautes montagnes et la mer déchaînée ; les acrobates, les funambules et les conteurs d’histoires. L’antivie se résumait à la salle de classe, aux mathématiques et à la ville. Heureusement, à l’aube de l’âge adulte, j’ai rencontré l’anthropologie. Cette discipline a constitué pour moi une porte de sortie et la possibilité d’un avenir, un espace où m’exprimer dans ce monde, un espace où devenir moi-même. Je n’ai simplement pas mesuré la portée de ce choix, et encore moins les implications qu’allait entraîner mon travail sur l’animisme. À mon insu, chacune des phrases que j’ai écrites sur les relations entre humains et non humains en Alaska m’a préparée à cette rencontre avec l’ours, l’a, en quelque sorte, préfigurée.

Nastassja Martin, Croire aux fauves, Paris, Verticales, 2019, pp. 85-86.



Citer ce billet
La rédaction (2022, 5 novembre). Texte support pour la saynète n° 3 : Nastassja Martin. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rogf

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search