Lettre n°6 : Résistances

L’extrait de Iouri Olécha donne lieu à trois saynètes qui sont autant de trajets interprétatifs inquiets, trois actes de lecture que, malgré le lyrisme de la formule, je nommerais volontiers résistants. C’est sans doute un élément récurrent de la lecture « transitionnelle » telle que nous la travaillons depuis longtemps dans ce mouvement, mais s’y glisse ce mois-ci un engagement et une intensité singulière.

Benoît Autiquet met à distance sa première lecture sociologique du transfuge de classe, selon laquelle le narrateur voudrait « venger sa race » et se laisse travailler par le texte pour nous faire voir finalement que « la couleur de nos souvenirs d’enfance n’est pas entièrement déterminée par l’appartenance de nos parents à telle ou telle classe sociale ».

Lise Forment et Hélène Merlin-Kajman se débattent toutes deux avec la « boule d’angoisse » dans la gorge que peut susciter la lecture de ce texte. Le mot « héritier » « fonctionne à vide ». À ce « mot qui vrombit à la recherche d’un sens », Hélène Merlin-Kajman oppose ses propres mots et le calme d’une écriture qui se tient devant les ruines, Ecce homo. Lise Forment questionne sa première lecture hantée par une terreur sans nom, laissant courageusement les images intimes et familiales affleurer, elle s’interroge et nous interroge sur la circulation possible des traumas. Mais son geste final, à côté de et tout contre, l’interprétation historique d’un trauma collectif, choisit de réaffirmer l’héritage des liens malgré tout : « Héritiers déshérités, nous ne sommes pas seuls ».

Je suis frappée par cette résistance intérieure et critique à laquelle nous invitent ces trois saynètes qui tiennent à distance des réflexes interprétatifs acquis ou qui – se laissant traverser par des hantises intimes et collectives – choisissent résolument de se situer par rapport à elles.

Se situer, c’est un des enjeux qui résonne également dans la conversation d’André Bayrou analysant l’éloge paradoxal de la cancel culture par Laure Murat. Refusant de s’enferrer dans une réaction polémique ou agressive, il nous propose un formidable pas de côté, s’imaginant avec l’autrice devant l’église Notre-Dame de Dijon, quand un monument et son histoire racontent le feuilletage des temps dont nous sommes peut-être, comme André, « partie prenante » et « spectateur critique ». « Dedans et dehors », dit-il, intranquille toujours. 

T. P.

Prochaine conversation critique : un texte de Michel Deguy

Prochaine saynète : un texte de Jérémie Gindre

(Les textes peuvent nous être adressés jusqu’au 24 mars 2023)



Citer ce billet
La rédaction (2023, 4 mars). Lettre n°6 : Résistances. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rohb

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search