À venir : saynète autour de Jérémie Gindre

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 24 mars 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Des oiseaux criaient dans les vignes. Ce n’étaient pas des piaillements d’oiseaux qui se régalent de raisins mûrs. Ça sonnait comme une attaque imminente, l’appel stridulent de rapaces sûrs de leur force. Peut-être des éperviers.

Le bus avait déposé la majorité des passagers au premier village en montant. À l’exception d’un couple de randonneurs, ceux qui restaient étaient vraisemblablement tous des participants du séminaire. Personne ne se connaissait. La plupart faisaient en sorte que la conversation ne s’engage pas dans le bus : certains écoutaient de la musique en regardant dehors, d’autres tripotaient leur téléphone. Un grand blond lisait un livre. Seule tentative muette d’entrer en connivence avec les autres participants, une fille parcourait ostensiblement la brochure du programme. La route montait en épingle à travers les vignes cultivées en terrasses, passait sur des petits ponts, longeait un renfort en béton, un bosquet de pins. Arrivé au sommet du coteau, le chauffeur annonça dans le micro : « Ceux qui vont au séminaire, c’est ici ». Et chacun rassembla ses petites affaires. Il y avait de tout, de la valise à roulettes au sac à dos, du compact au superflu. On se fit des sourires de politesse, feignant de découvrir que les autres passagers étaient tous de futurs camarades pour la semaine. On hésita sur la langue à adopter pour les premiers échanges, on mélangea l’international au local et les accents servirent ainsi de premières présentations. Il n’y avait rien à se dire pour le moment, sinon des constats d’orientation inutiles devant la grille en fer forgé du domaine et le fronton annonçant la fondation Scheibitz. « Ah voilà, c’est là ».

L’institut était installé dans un manoir bourgeois à la façade couverte de vigne vierge, dominé par une tourelle baroque. L’allée de marronniers était ponctuée de sculptures abstraites en métal oxydé. Aux pieds de chacune, un petit piquet énonçait un titre donnant à réfléchir. Quelques-uns avaient été renversés par la tondeuse. Classée au patrimoine, la propriété dominait un panorama typique du Seeland : le miroir du lac, une île, un clocher. Une montgolfière publicitaire flottait au loin, ponctuant l’horizon ciselé des Alpes bernoises.

Les chambres donnant sur les vignobles étaient proposées en priorité aux intervenants internationaux et aux professeurs venus en couple. On avait attribué à Sven une chambre côté forêt. Ça n’était pas plus mal : ici le soleil ne taperait pas directement le matin et il entendrait moins les oiseaux. Sa chambre était petite mais confortable, avec peu de moquette comparé au standard de l’hôtellerie moderne. Au-dessus du lit un tableau représentait un écureuil en train de grignoter une noisette. L’agitation de l’installation s’imposait en fond sonore. Sven entendait les autres participants claquer des portes et des tiroirs, tirer la chasse ou rigoler. Avant de descendre, il vida lui aussi son sac, vérifia sa braguette et épingla sur son tee-shirt le badge d’identification qu’on lui avait remis avec la clé. C’était une carte plastifiée vert pomme avec sa photo, un tampon UECRM [Université d’Été du Centre de Recherche Mnésique], son prénom en lettres majuscules et son statut : volontaire.

Jérémie Gindre, On a eu du mal, Paris, Éditions de l’Olivier, 2013, p. 129-131.



Citer ce billet
La rédaction (2023, 4 mars). À venir : saynète autour de Jérémie Gindre. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/roh5

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search