Lettre n°9 : Le choix de Sabine

Lors de notre dernière séance de séminaire, Hélène Merlin-Kajman commentait le concept de « rémanence » proposé par Claire Badiou-Monferran. L’occasion de relire un texte de Barthes sur l’écriture classique, qui invitait à la concevoir comme « déliée du durable dans lequel elle était embaumée », à « la travailler, cette Écriture classique, afin de manifester le devenir qui est en elle ».

C’est tout l’enjeu des saynètes de ce mois, car comment manifester le devenir dans un texte où le différend est massif et désespérant comme dans cet échange entre Horace et Camille, qui mène aux imprécations et à la mort ? Comme le montre Natacha Israël, la maison commune entre le frère et la sœur n’a pas plus d’évidence que celle d’un langage partageable. Même lucidité inquiète chez Augustin Leroy : « lorsque la plainte n’attend plus de réponse, il semble que l’enfer soit la seule justice ».

Les deux auteurs en appellent alors à un troisième personnage cornélien : Sabine, dont Augustin Leroy aime « l’insoutenable courage d’être partagée » et qui devient ainsi une figure de son propre dialogue intérieur, dans une saynète qui fait la part de l’humain contre le Romain. Le texte de Natacha Israël, au rebours des dénouements cornéliens, est tenté par le désespoir, mais un désespoir « avec Sabine, donc avec Corneille ». 

Pour Marc Bloch, dont Apologie pour l’Histoire est donnée en conversation critique, parler de l’Histoire et départager les tendances qui la traversent suppose « une sorte d’anticipation de l’avenir ». Mais aussi un « retour critique sur l’héritage de sa discipline et de la culture à laquelle elle appartient » rappelle Hélène Merlin-Kajman. Cette Apologie est alors autant un « testament » qu’un « programme ». Mais ce que le commentaire d’Hélène Merlin-Kajman fait surtout surgir, c’est un prodigieux silence dans le texte de Marc Bloch. En effet, il ne fait presque aucune allusion au « mythe nazi » ni aux persécutions antisémites qu’il a connues et connaît encore au moment où il écrit, en 1942. Pudeur d’un « homme de métier » qui est aussi un « homme d’honneur » ? Manifestation de cette capacité inouïe à faire silence public sur un tort – pourtant irréparable – pour regarder vers l’avenir, enjoindre à ses fils et élèves de continuer le travail, pour préparer l’après, comme il le dit lui-même ? Et dans l’ombre tragique et vigoureuse de Marc Bloch, Sabine encore et toujours ?

T. P.



Citer ce billet
eavian (2023, 3 juin). Lettre n°9 : Le choix de Sabine. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rohq

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search