Lettre n° 10 : « Une zone de rencontre concrète »

Comment regarder les textes littéraires que nous enseignons, partageons et commentons ? Comme un papillon que l’on tiendrait entre ses doigts, en tentant de résister à « abîmer ses nuances », selon la belle expression de Sarah Nancy. Dans son observation fine d’un extrait de L’Astrée d’Honoré d’Urfé, elle prête attention à la manière dont le roman fait place « aux erreurs, aux ajustements dans les relations affectives ». Elle porte son regard successivement sur les différents partenaires de la plainte amoureuse, oscillant entre un sentiment d’étrangeté face aux codes amoureux et sociaux, et la familiarité devant l’intensité des émotions singulières qui sont décrites.

La « poursuite d’une singularité qui se manifeste à travers des signes à déchiffrer » serait, selon Italo Calvino, ce qui rapproche l’amoureux du chasseur et le chasseur du critique littéraire, le risque étant de devenir cet enquêteur policier qui soupçonne et traque les motivations coupables. Dans ce texte de Calvino qui nous fait sauter d’un champ disciplinaire à un autre, danser jusqu’au tournis avec une figure puis l’autre, on ne sait plus bien de qui l’on parle : du romancier, du critique littéraire, ou finalement de l’historien. Brice Tabeling donne sens à ce sentiment de tournis, il formalise la démarche de Calvino du côté d’un « raisonnement iconique », proche et en même temps fort différent du modèle que Calvino commente et « parodie », à savoir le texte de Carlo Ginzburg, modèle de « raisonnement indiciaire ». De ce malentendu entre l’écrivain et l’historien, Brice Tabeling tire une analyse forte de la pratique historienne selon Ginzburg, à travers un paradigme indiciaire qui « oblige l’écriture historienne à se maintenir en contact avec la réalité ». Il lui faut chercher et partir d’« un lien matériel entre les deux objets qui se ressemblent, une zone de rencontre concrète », dit-il.

Si, à notre tour (et au risque de produire aussi un raisonnement iconique…) on tente de se rapprocher de ce que nous faisons avec les textes littéraires, on peut s’interroger sur cette zone de rencontre concrète avec eux. L’émotion que Sarah Nancy décrit à la lecture du texte d’Urfé pourrait être une première piste, la situation concrète dans laquelle nous lisons et nous transmettons ces textes une autre. Hélène Merlin-Kajman parlait déjà, dans Lire dans la gueule du loup, de cette zone de contact si délicate avec le texte et de la diversité des liens concrets que l’on peut tisser avec lui, des plus transitionnels aux plus traumatiques, avec d’autres lecteurs. Gageons que le séminaire qui s’ouvre à partir de lundi 9 octobre, qui envisagera des cas pratiques de l’ « hériter », sera l’occasion de relancer la réflexion sur nos propres paradigmes.

T. P.

Prochaine conversation critique : un texte de Mitchell Greenberg

Prochaine saynète : un texte de Vladimir Nabokov

(Les textes peuvent nous être adressés jusqu’au 20 octobre 2023)



Citer ce billet
La rédaction (2023, 30 septembre). Lettre n° 10 : « Une zone de rencontre concrète ». Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rohw

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search