Lettre n°13 : Situer pour hériter

Victor Hugo, Honoré de Balzac et, indirectement, Jean de La Fontaine, tels sont les trois noms qui occupent notre première livraison de 2024 : Augustin Leroy présente un commentaire d’un poème tiré de L’Art d’être grand-père, Michèle Rosellini s’attache à un passage du Cousin Pons, que Balzac, dans sa publication en feuilleton de 1847, rattache explicitement à la fable des « Deux Pigeons » de La Fontaine.

Pour Augustin Leroy, comme pour Michèle Rosellini, un des enjeux important est de situer leur lecture : aux coordonnées esthétiques et historiques issues des savoirs critiques dont se nourrit leur commentaire, s’ajoutent, pour le premier, les coordonnées politiques des dégâts que le fantasme de l’innocence de l’enfance, largement encouragé par le romantisme hugolien, a pu produire et, pour la seconde, les coordonnées éthiques d’une lecture tentant de se soustraire à la satire qui accable les personnages de Pons et de Schmucke. Le degré d’exposition de ces coordonnées varie, mais il est, dans ces deux saynètes, largement suffisant pour mesurer la différence entre cette pratique du savoir et celle que prône, sur le modèle des sciences à paradigme, le sociologue Bernard Lahire, dans un extrait de L’Esprit sociologique que je commente.

Ces trois textes mettent en jeu, à de multiples niveaux, la question de l’héritage : celui de Pierre Bourdieu chez Bernard Lahire, celui de La Fontaine chez Balzac, puis de Balzac pour Michèle Rosellini, celui de Hugo pour Augustin Leroy. Or il apparaît, à la lecture de cette livraison, que cette question, dans sa complexité et son ambivalence, est étroitement liée aux pratiques qui acceptent de situer leurs savoirs, et qu’elle perd son sens et ses enjeux dès lors qu’elle est abandonnée aux règles d’une progressivité cumulative des connaissances. De là, cette hypothèse : dans les pratiques savantes, la prise en charge de ce dont nous héritons impliquerait toujours l’exposition du lieu et du temps d’où nous parlons, notre exposition.

Le séminaire du 15 janvier poursuivra ces interrogations : il sera animé par Eva Avian et Augustin Leroy, et s’intitule : « La Fontaine et Hugo : pour une lecture “mineure” et transitionnelle d’œuvres “majeures” ».

Nous vous souhaitons une agréable lecture et une très bonne année 2024 !

B. T.  

Prochaine conversation critique : un extrait d’un article de Neil Kenny autour de Montaigne.

Prochaine saynète : un passage du Rouge et le Noir de Stendhal.

Vos textes peuvent nous être envoyés jusqu’au 28 janvier.



Citer ce billet
La rédaction (2024, 8 janvier). Lettre n°13 : Situer pour hériter. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjso

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search