À venir : conversation critique autour de Matthieu Dupas

Vos conversations critiques peuvent nous parvenir jusqu’au samedi 27 avril 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com.

TIRSIS.
Que t’en semble, ma soeur ?

CLORIS.
Mais toi-même mon frère ?

TIRSIS.
Tu sais bien que jamais je ne te fus contraire.

CLORIS.
Tu sais qu’en tel sujet ce fut toujours de toi
Que mon affection voulut prendre la loi.

TIRSIS.
Bien que dedans tes yeux tes sentiments se lisent
Tu veux qu’auparavant les miens les autorisent,
Excusable pudeur, soit donc, je le consens.
Trop sûr que mon avis s’accommode à ton sens.
(Il parle à Éraste et lui baille la main de Cloris.)
Fassent les puissants Dieux que par cette alliance
Il ne reste entre nous aucune défiance
Et que m’aimant en frère, et ma maîtresse en sœur,
Nos ans puissent couler avec plus de douceur1.

Ce consentement n’est pas celui des époux de la cérémonie de mariage qui reste hors scène, mais bien celui des amants qui clôt la quête galante, à la fois amoureuse et matrimoniale. Ainsi s’invente, en creux du consentement des époux, le consentement amoureux des amants, la pratique de la galanterie s’institutionnalisant, elle, comme pratique de l’amour légitime arrimée à l’institution matrimoniale qu’elle imite. La transcendance de l’amour n’y est pas symbolisée comme transport religieux ou exploit épique ; elle fait saillie comme exercice individuel d’une puissance érotique qui, au lieu de se sublimer dans l’oblation héroïque ou mystique, s’exprime de façon sensuelle et tendre par la proximité des corps et l’émotivité des âmes. Le geste de Tircis attire par ailleurs l’attention sur les multiples fausses symétries qui la structurent : entre l’amant et l’amante, le frère et la sœur, les amants et les frères et sœurs… mais aussi entre les « amants principaux », seuls à connaître les joies d’un amour inentamé, et les « amants épisodiques », qui doivent renoncer à un premier objet amoureux pour se rabattre sur un second.

En prononçant ces mots « je consens » (v. 1973), Tircis met paradoxalement en évidence le nouveau statu quo qui prévaut désormais en matière de transactions matrimoniales : les « amantes » ont leur mot à dire, elles ne sauraient être de simples objets d’échange. Elles sont désormais destinataires de l’échange et partenaires de jeu dans cette pratique civile de don et contre-don. Le consentement galant leur confère une autonomie érotique qui fait événement et que théâtralise cette scène de réconciliation générale ; mais ce rituel trouve son lieu dans une structure plus large qui le dépasse et qu’il parvient à déplacer sans jamais vraiment la subvertir, les amantes se voyant rappelées à leur statut de filles. Le fait que Cloris se garde de s’emparer de l’autonomie érotique que lui accorde son frère témoigne du caractère conditionnel de la liberté dont elle jouit. Avec Cloris, l’hétérotopie galante apparaît ainsi comme une « zone grise2 » où l’autonomie érotique des amantes n’est jamais complètement garantie. Rite de civilité érotique, le rituel galant tel que l’exemplifie le consentement de la jeune fille ne remet pas en cause la hiérarchie de genre comme système. Se contentant de suspendre les effets de cette dernière dans une performance toujours à recommencer, il ouvre cependant la possibilité d’un rapport éthique entre amant et amante, même si ce rapport n’est possible que dans un contexte de domination politique des hommes sur les femmes que ces derniers continuent de s’échanger à titre de filles à marier, légalement mineures. En ce sens, la galanterie n’est pas politique ; elle est, pourrait-on dire avec Étienne Balibar, « quasi politique3 ». Dans cette zone grise qu’est le consentement galant, l’autonome érotique des amantes se dérobe en même temps qu’elle s’énonce.

Matthieu Dupas, La Galanterie comme mode de vie. Amour, civilité, mariage dans Mélite ou Les Fausses Lettres de Pierre Corneille, Paris, Classiques Garnier, 2024, p. 140-141.



Citer ce billet
La rédaction (2024, 5 avril). À venir : conversation critique autour de Matthieu Dupas. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6f6

  1. Pierre Corneille, Mélite, scène dernière []
  2. Voir Manon Garcia, La Conversation des sexes. Philosophie du consentement, Paris, Flammarion, 2021 []
  3. Étienne Balibar, « Trois concepts de la politique : émancipation, transformation, civilité », in La crainte des masses. Politique et philosophie avant et après Marx, Paris, Galilée, 1997, p. 17-53 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search