À venir : saynète autour d’Arnaud Desplechin et Roger Bohbot

Vos saynètes peuvent nous parvenir jusqu’au samedi 25 mai 2024 à l’adresse suivante transitions.informations@gmail.com

7 & 8. Transition & présentation Ismaël – Soir

(…)

Une gravure mythologique sur un mur de l’appartement d’Ismaël : Héraclès. Un des travaux d’Hercule ? Le taureau de Minos ?
Le téléphone sonne dans un appartement bien vide. Le répondeur d’Ismaël se déclenche :

VOIX D’ISMAËL : Allô, ce répondeur ne prend pas de message, vous ne pouvez pas me joindre en ce moment. Si c’est les impôts qui appellent, messieurs Mercier et Landeau, vous êtes des escrocs. Je ne vous paierai jamais. Je considère que c’est une honte que des serviteurs de l’État poursuivent avec une acrimonie imbécile un citoyen respecté. Et un artiste. Je vous emmerde, monsieur Landreau.

La bande s’arrête alors qu’Ismaël éructe encore.
Pendant ce temps, nous découvrons ISMAËL VUILLARD chez lui, quarante ans, dépenaillé, massif et sans gloire : il est seul dans un appartement désolé et sans meubles… Il écoute un disque de rap. Mange-t-il un cheeseburger ?
On sonne à la porte.

Ismaël va ouvrir. Il tombe sur deux infirmiers psychiatriques imposants et courtois.

L’INFIRMIER PROSPERO : Bonjour, monsieur, c’est l’hôpital qui nous envoie.

ISMAËL : Vous devez vous tromper, parce que je ne suis pas malade.

L’INFIRMIER PROSPERO : C’est-à-dire que vous avez sans doute reçu nos convocations…

ISMAËL : Écoutez, non, je n’ai rien reçu, je n’ouvre pas tellement mon courrier et, en plus, ça tombe mal parce que, là, je suis très occupé…

L’INFIRMIER PROSPERO : Le psychiatre vous a pourtant envoyé trois convocations, la dernière était en recommandé… Elle vous avertissait que nous allions devoir passer.

L’INFIRMIER CALIBAN, il poursuit : Et comme vous ne vous présentiez pas à l’hôpital…

ISMAËL : De toute façon, peu importe, puisque je me porte parfaitement bien, comme vous pouvez le constater… Bon, eh bien, au revoir, vous me dérangez…

L’INFIRMIER CALIBAN : Vous refusez de venir avec nous ?

ISMAËL : Effectivement, je refuse. Exaspéré, il pose son cheeseburger au sol…

L’INFIRMIER PROSPERO : Monsieur, ça fait des mois que les médecins vous ont envoyé la convocation.

ISMAËL : Je ne suis pas sourd, mais moi, il se trouve que je n’ai rien reçu.

L’INFIRMIER PROSPERO : Ah si ! Le recommandé, vous l’avez reçu.

ISMAËL : Non, je ne viens pas votre hôpital de merde, je vais très bien, et je suis très pris en ce moment !

L’INFIRMIER PROSPERO : Monsieur, vous parlez fort…

ISMAËL, voix portée : Je ne parle pas fort, je parle normalement.

L’INFIRMIER PROSPERO : Si, si, vous criez.

ISMAËL : Je crie, si je veux. OK ?! C’est quand même incroyable ! Je suis ici chez moi, je ne dérange personne, je fais du bordel sous les fenêtres de personne, je chie sous les fenêtres de personne, vous comprenez ?! Pourquoi vous venez m’emmerder avec vos allures de bouseux de la Sécu ? Il n’y a pas un policier avec vous – Caliban regarde un policier embarrassé dans l’escalier – je n’ai commis aucun délit, vous n’êtes mandaté de rien, et je vais suivre deux connards d’infirmiers de la Stasi ? Mais vous êtes cinglés !

Pendant qu’Ismaël soliloque, l’infirmier Caliban est entré discrètement dans l’appartement.

L’INFIRMIER PROSPERO : On ne vient pas vous arrêter, monsieur, on veut juste vous emmener pour vous soigner…

ISMAËL, il rigole : « Me soigner » ! Je ne suis pas malade. Et je t’encule… Et tu arrêtes ça tout de suite, hein ?

L’INFIRMIER PROSPERO : Pardon ?

ISMAËL : Tu ne me regardes pas comme un de tes dingos de ton hôpital de trou du cul de je ne sais pas où.

L’INFIRMIER PROSPERO : Je vous regarde tout à fait normalement…

ISMAËL : Non, je ne crois pas…

A ce moment-là, l’autre infirmier réapparaît venant du salon.

L’INFIRMIER CALIBAN : Monsieur, la corde, dans le salon, c’est pour quoi faire ?

ISMAËL : Ah ? Quelle corde ?

L’INFIRMIER CALIBAN : Vous savez : la corde avec nœud coulant qui est attachée dans le salon. Avec le tabouret en dessous…

ISMAËL : Ah oui !… Eh, je ne suis pas suicidaire, d’accord ? Je me rends bien compte : vous voyez la corde, la chaise, alors, hein, vous faites l’association, c’est humain.

Mais j’ai simplement besoin de savoir que je peux le faire ; c’est juste une idée que j’ai besoin d’avoir, elle me protège. Mais du moment que je l’ai, je sais que je ne le ferai jamais… Il doit y avoir des trucs comme ça dans Sénèque ou Cicéron, les stoïciens… Il range son vieux cheeseburger dans sa poche… Franchement, en ce moment, je ne vis pas des moments faciles mais je ne suis pas suicidaire, je vous jure que ça va.

Bon, ben messieurs.

L’INFIRMIER CALIBAN puis PROSPERO : Ne nous rendez pas la tâche plus difficile, monsieur, / il va falloir y aller maintenant….

ISMAËL, il rigole, il n’y croit pas : Vous n’allez pas m’emmener de force !?

L’INFIRMIER CALIBAN : Prends-lui les mains !

LES DEUX INFIRMIERS : OK, allez, hop !

Les deux hommes empoignent Ismaël, le soulèvent de terre et l’embarquent. « C’est scandaleux !… »

Arnaud Desplechin et Roger Bohbot, Rois et reine, Paris, Denoël, 2005.



Citer ce billet
La rédaction (2024, 5 mai). À venir : saynète autour d’Arnaud Desplechin et Roger Bohbot. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sxe

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search