À venir : conversation critique autour de Denis Salas

Vos saynètes peuvent nous parvenir jusqu’au samedi 25 mai 2024 à l’adresse suivante transitions.informations@gmail.com

Lisons la lettre d’un procureur d’une femme victime étant enfant d’un abus sexuel. Elle demande un peu naïvement un « acte juridique quel qu’il soit » de nature à lui venir en aide. Un policier est chargé de l’entendre. Cette audition satisfait son besoin d’un récit « officiel » en lui permettant de déposer son fardeau. Entendu comme témoin, l’agresseur qu’elle désigne se retranche derrière la prescription, refuse toute confrontation et menace de déposer plainte en diffamation. Un mur est devant elle. Impossible d’aller plus loin. Un classement sans suite suivra. Mais « ce fut un moment essentiel dans mon chemin : la première fois que je m’exprimais officiellement ; j’avais été entendue, considérée. » Cette femme a usé de la force du droit. Elle a fait connaître son pouvoir d’agir. En contraignant son adversaire à prendre un avocat pour se défendre, elle l’a placé sur son terrain. Elle ne veut pas forcément qu’il aille en prison mais qu’il soit informé de sa plainte, qu’il se départisse de sa suffisance, qu’il soit gagné par une inquiétude substantielle. Malgré ce poids sur ses épaules, elle se redresse. Elle trouve la force de tordre le mal dans l’autre sens. Cette reconnaissance lui restitue sa capacité perdue. C’est un peu comme si le prédateur qui se croyait à l’abri était pris à partie par sa victime. L’ancien rapport de force plie devant le rapport de droit qu’elle instaure. Et surtout en mobilisant la force autorisée de la loi, le magistrat l’aide. Le face-à-face avec un policier place cet homme devant la loi. Cette volonté d’écoute a quelque chose d’inaugural : la plainte est entendue pour la première fois. Ma souffrance, reconnaît-elle, a trouvé une issue. Je n’imaginerai plus sur les lèvres de mon agresseur un oubli méprisant. Il saura désormais que j’ai eu le dernier mot, que la société rend raison à défaut de me rendre justice.

Ce moment de reconnaissance n’a rien à voir avec une peine infligée à un coupable. Il ne répond pas à une attente punitive car c’est une « équivalence qui ne se mesure ni ne se calcule ». Il permet d’échapper à un souffrir qui enferme et autorise un récit à la première personne. Ainsi comprises, les enquêtes du parquet sur affaires prescrites se situent dans un moment où l’agresseur désigné sent peser sur lui la réprobation de la société d’autant qu’il n’est pas exclu que d’autres faits soient découverts.

Dans ces cas, l’institution produit un acte performatif, c’est-à-dire un énoncé qui a la valeur d’un acte. L’acte de qualification qui replace l’acte violent dans l’espace du droit n’est pas une simple description de réalité mais une création de réalité. S’il n’annule pas l’agression, il la nomme, s’en saisit, la minéralise, en quelque sorte, en infraction. En brisant ainsi le déni du viol, il donne consistance au crime. En validant la plainte, il engage le travail du jugement. En mettant la main sur le temps, il prend date pour l’avenir.

La décision de classement qui suit l’audition dit que « les faits sont susceptibles d’être qualifiés pénalement mais prescrits ». Pourquoi y voir un effet du « tribunal médiatique » qui foule aux pieds la présomption d’innocence ? L’essentiel est ailleurs ; la plainte est entendue pour la première fois. Les faits ne seront ni poursuivis ni jugés, mais sont reconnus et nommés comme tels. N’est-ce pas un acte de juste réparatrice ? Alors qu’il n’y a aucune portée juridique dans cette décision, nous sommes pourtant au cœur de l’œuvre de justice. Qu’il y ait reconnaissance partielle ou pas des faits, cet acte vaut attestation morale d’une parole. Son sens est à lire du côté de la capacité (de la plaignante) non de la culpabilité (du prévenu).

Denis Salas, Le Déni du viol. Essai de justice narrative, Paris, Michalon, 2023, p. 174-176.



Citer ce billet
La rédaction (2024, 5 mai). À venir : conversation critique autour de Denis Salas. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sxf

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search