À venir : saynète autour d’Euripide

Vous pouvez nous envoyer vos textes jusqu’au 29 juin, à l’adresse transitions.informations@gmail.com.

Je suis venue jusqu’aux sables
De la côte, à Aulis de la mer
Traversant les vagues de l’Euripe,
Leurs portes étroites ; je l’ai abordée.
J’ai abandonné Chalcis, ma ville,
Nourrice près de la mer des eaux,
De la glorieuse Aréthuse,
Pour voir l’armée des Achéens
Et la rame qui fait passer les bateaux
Des demi-dieux achéens.

Nos maris nous le disent :
Le blond Ménélas,
Et le noble Agamemnon, avec lui,
Font route contre Troie
Sur ces mille fûts des bateaux
Vers Hélène que
Pâris, le vacher, enleva à l’Eurotas, qui nourrit les roseaux,
Comme un cadeau d’Aphrodite,
Lorsque, auprès de l’eau des sources,
Cypris lutta avec Héra et avec Pallas –
C’était une lutte pour la beauté.

Pour venir, j’ai traversé le bois des sacrifices innombrables
D’Artémis. J’ai couru ;
Ma joue s’est teintée de rouge,
D’une honte fraîchement fleurie,
J’ai voulu voir le rempart des guerriers,
Et les baraques des Danaens, bourrées d’armes,
Et la horde des chevaux.
J’ai vu les deux Ajax, assis côte à côte,
Le fils d’Oïlée, et l’autre, le fils de Télamon, la
Couronne de Salamine. J’ai vu
Protésilas, assis devant la table
Des jeux ; ils prenaient plaisir
A entrelacer les figures des pions,
Lui et Palamède, qu’engendra le fils de Poséidon.
Diomède trouvait sa joie
Dans les plaisirs du disque.
Il avait avec lui Mérion, pousse
D’Arès, l’admiration des hommes,
Et, venu des montagnes de ses îles,
Le fils de Laerte, et, avec eux encore,
Nirée, le plus beau des Achéens.


Et Achille, au pied de vent,
Le rapide coureur,
Que Thétis mit au monde,
Et que Chiron rendit parfait,
Je l’ai vu sur les galets
De la grève,
Engagé dans une course tout armé
De ses pieds, il soutenait la lutte
Contre un attelage de quatre chevaux
Il tournait autour de la borne, pour la victoire.
Le cocher poussait des cris,
Eumélos, le Phérétiade,
Je vis comment, de son aiguillon,
Il frappait les plus beaux
Coursiers, mordant leurs freins d’or ciselé.
Au centre, les timoniers,
Mouchetés des points blancs de leur poil,
A l’extérieur, les chevaux de volée,
Tirant à l’opposée, aux tournants de la piste,
Roux de poil, mais tachetés de balzanes
Sous la cheville du sabot massif. Le fils de Pélée
Les passait à grands bonds dans ses armes, le long de la caisse
Et des essieux du char.


Je suis venue compter les bateaux,
Et pour le spectacle inouï,
Pour rassasier d’images mon regard de femme,
Un plaisir délicieux.
L’aile droite
De la flotte,
L’Arès phtien des Myrmidons l’occupait,
Avec cinquante bateaux impétueux.
Les poupes d’or portaient debout à leur sommet
Vingt déesses, filles de Nérée,
Emblèmes de l’armée d’Achille.

(…)

Je les ai vus, tels qu’on m’avait dit qu’ils étaient,
Les hommes sur ces bateaux.
Si l’un les approche
De ses barges barbares,
Il n’en rapportera pas le retour.
Tel qu’ici j’ai vu le passage des bateaux,
Comme je l’ai entendu dire chez moi, je conserve
La mémoire des forces qui furent appelées.

Euripide, Iphigénie à Aulis, trad. Jean et Mayotte Bollack, Paris, Minuit, 1990.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La rédaction (1 juin 2024). À venir : saynète autour d’Euripide. Transitions. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rpi


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search