Texte support pour la saynète n°2 : J. de Léry

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 28 octobre 2022 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

« Mais pour le présent, poursuivant à réciter une partie des choses notables qui m’advinrent en mon premier voyage parmi les Topinambous[1], le truchement[2] et moi, qui de ce même jour, passant plus outre fûmes coucher en un autre village nommé Euramiri (les Français l’appellent Goset, à cause d’un truchement ainsi nommé qui s’y était tenu) trouvant, sur le soleil couchant que nous y arrivâmes, les sauvages dansant et achevant de boire le caouin[3] d’un prisonnier qu’ils avaient tué n’y avait pas six heures, duquel nous vîmes les pièces sur le boucan[4] : ne demandez pas si à ce commencement je fus étonné de voir telle tragédie : toutefois, comme vous entendrez, cela ne fut rien au prix de la peur que j’eus bientôt après.

Car comme nous fûmes entrés en une maison de ce village, où selon la mode du pays, nous nous assîmes chacun dans un lit de coton pendu en l’air[5] : après que les femmes (à la manière que je dirai ci-après) eurent pleuré, et que le vieillard, maître de la maison eut fait sa harangue à notre bienvenue : le truchement à qui non seulement ces façons de faire des sauvages n’étaient pas nouvelles, mais qui au reste aimait aussi bien à boire et à caouiner qu’eux, sans me dire un seul mot, ni m’avertir de rien, s’en allant vers la grosse troupe de ces danseurs, me laissa là avec quelques-uns : tellement que moi qui étais las, ne demandant qu’à reposer, après avoir mangé un peu de farine de racine et d’autres viandes qu’on nous avait présentées, je me renversai et couchai dans le lit de coton sur lequel j’étais assis. Mais outre qu’à cause du bruit que les sauvages, dansant et sifflant toute la nuit, en mangeant ce prisonnier, firent à mes oreilles je fus bien réveillé : encore l’un d’eux avec un pied de celui-ci cuit et boucané qu’il tenait en sa main, s’approchant de moi, me demandant (comme je sus depuis, car je ne l’entendais[6] pas lors) si j’en voulais manger, par cette contenance me fit une telle frayeur, qu’il ne faut pas demander si j’en perdis toute envie de dormir. Et de fait, pensant véritablement par tel signal et monstre de cette chair humaine qu’il mangeait, qu’en me menaçant il me dit et voulut faire entendre que je serais tantôt ainsi accoutré joint que comme une doute en engendre une autre, je soupçonnai tout aussi tôt, que le truchement de propos délibéré m’ayant trahi m’avait abandonné et livré entre les mains de ces barbares : si j’eusse vu quelque ouverture pour pouvoir sortir et m’enfuir de là, je ne m’y fusse pas feint. Mais me voyant de toutes parts environné de ceux desquels ignorant l’intention (car comme vous entendrez ils ne pensaient rien moins qu’à me mal faire) je croyais fermement et m’attendais devoir être bientôt mangé, en invoquant Dieu en mon cœur toute cette nuit-là. Je laisse à penser à ceux qui comprendront bien ce que je dis, et qui se mettront en ma place, si elle me sembla longue. Or le matin venu que mon truchement (lequel en d’autres maisons du village, avec les friponniers de sauvages avait riblé [fait la fête] toute la nuit) me vint retrouver, me voyant comme il me dit, non seulement blême et fort défait de visage, mais aussi presque en la fièvre : il me demanda si je me trouvais mal, et si je n’avais pas bien reposé : à quoi encore tout éperdu que j’étais, lui ayant répondu en grande colère, qu’on m’avait vraiment bien gardé de dormir, et qu’il était un mauvais homme de m’avoir ainsi laissé parmi ces gens que je n’entendais point, ne me pouvant rassurer, je le priai qu’en diligence nous nous ôtissions de là. Toutefois lui là-dessus m’ayant dit que je n’eusse point de crainte, et que ce n’était pas à nous à qui on en voulait : après qu’il eut le tout récité aux sauvages, lesquels s’éjouissant de ma venue, me pensant caresser, n’avaient bougé d’auprès de moi toute la nuit : eux ayant dit qu’ils s’étaient aussi aucunement aperçu que j’avais eu peur d’eux, dont ils étaient bien marris, ma consolation fut (selon qu’ils sont grands gausseurs) une risée qu’ils firent, de ce que sans y penser, ils me l’avaient baillée si belle. »

Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil [1578], Paris, Le Livre de poche, 1994, p. 451-453.


[1] Tribu indienne installée au XVIe siècle dans l’actuelle baie de Rio de Janeiro, où se déroule le voyage de Jean de Léry.

[2] Le traducteur. Au moment du voyage de Jean de Léry en 1557, certains français sont installés depuis plusieurs années dans la baie, se sont intégrés aux autochtones, et parlent donc leur langue.

[3] Boisson alcoolisée bue par les Topinambous, notamment pendant les cérémonies anthropophages.

[4] Sorte de barbecue en bois, sur lequel les Topinambous faisaient cuire les viandes qu’il consommait.

[5] On reconnaît le hamac, d’origine amérindienne.

[6] Je ne le comprenais pas (Jean de Léry ne parle pas la langue des Topinambous).




Citer ce billet
La rédaction (2022, 1 octobre). Texte support pour la saynète n°2 : J. de Léry. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/roga

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search