Saynète n° 14 : G. Furci / Stendhal

Guido Furci commente un passage du roman de Stendhal, Le Rouge et le Noir.

Mathilde s’ennuyait en espoir. Le marquis de Croisenois parvint à l’approcher, et lui parlait, mais elle rêvait sans l’écouter. Le bruit de ses paroles se confondait pour elle avec le bourdonnement du bal. Elle suivait machinalement de l’œil Julien, qui s’était éloigné d’un air respectueux, mais fier et mécontent. Elle aperçut dans un coin, loin de la foule circulante, le comte Altamira, condamné à mort dans son pays, que le lecteur connaît déjà. Sous Louis XIV, une de ses parentes avait épousé un prince de Conti ; ce souvenir le protégeait un peu contre la police de la congrégation.

Continuer la lecture de « Saynète n° 14 : G. Furci / Stendhal »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search