Lettre n°17 : Ambiguïtés politiques des formes

Le samedi 25 mai, Transitions reçoit Matthieu Dupas pour une table ronde autour de son livre La Galanterie comme mode de vie. Amour, civilité, mariage dans Mélite ou Les Fausses Lettres de Pierre Corneille ; Hélène Merlin-Kajman, Françoise Poulet et Sarah Nancy participeront à la discussion. La livraison de ce mois anticipe ce rendez-vous en proposant une saynète de Tiphaine Pocquet autour de la scène d’exposition du Menteur de Corneille et, de ma part, une conversation critique sur un passage du livre de Matthieu Dupas.

La question qui, me semble-t-il, relie ces deux textes, et qui traverse la réflexion de Matthieu Dupas sur la galanterie, est la capacité des dispositifs formels, qu’ils soient civils ou littéraires, à neutraliser la violence des rapports sociaux. Quoique Tiphaine Pocquet examine dans le détail les éléments issus de la tradition théâtrale, les variations dans les formes du don, ou le « nuancier » subtil des types féminins présentés par les personnages, rien ne parvient, selon elle, tout à fait à déjouer – c’est-à-dire aussi à faire jouer – la conception brutale des rapports de genre que cette scène présente. De mon côté, je m’interroge, en m’aidant de la réflexion d’Etienne Balibar, sur le caractère civil de la galanterie et suggère que l’ambiguïté interprétative des formes galantes fragilise leur conversion en (quasi) politique.

Bonne lecture !

B. T.

Prochaine conversation critique autour d’un extrait du livre de Denis Salas, Le Déni du viol.

Prochaine saynète autour d’un extrait du scénario de Rois et reine d’Arnaud Desplechin et Roger Bohbot.

Conversation critique n°17 : B. Tabeling / M. Dupas

Brice Tabeling propose une conversation critique autour d’un extrait du livre de Matthieu Dupas, La Galanterie comme mode de vie. Amour, civilité, mariage dans Mélite ou Les Fausses Lettres de Pierre Corneille.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°17 : B. Tabeling / M. Dupas »

Lettre n°16 : un (gros) lézard

Le personnage principal de cette livraison d’avril est un lézard. Il est très grand, de couleur blanchâtre, a les yeux étincelants. Jean de Léry le croise une première fois en 1557 au Brésil. On le retrouve, bien des années plus tard, dans la saynète d’Eva Avian; il est contemplatif, comique, rêveur, et dissimule un mystère. Hélène Merlin-Kajman l’aperçoit également, se demande s’il n’est pas un crocodile. Puis, il se métamorphose à nouveau : dans une nouvelle conversation critique autour du texte de Lorenzo Bartalesi, L’Histoire naturelle de l’esthétique, Hélène Merlin-Kajman en fait le point d’appui d’un retour sur la question du sentiment esthétique animal. Ce lézard est un caméléon. Il traverse les siècles. Où est-il aujourd’hui ? Dans votre salle à manger? Caché dans le creux de nos oreillers ? N’hésitez pas à nous contacter si vous l’apercevez.

Sarah Nancy s’attache à un extrait de La Volonté de changer de bell hooks. Sa conversation critique y cherche un chemin pour construire du commun dans ce « double champ de “massacre” où les victimes de la violence masculine se mêlent [à des] hommes “estropiés”, “mutilés”» de leur sensibilité. Son parcours est difficile, sinueux, courageux. Un lézard, quoique vif acrobate, ne s’y risquerait pas (mais ce n’est qu’un lézard).

Bonne lecture !

BT

Prochaine conversation critique autour d’un extrait du livre de Matthieu Dupas, La Galanterie comme mode de vie.

Prochaine saynète autour d’un passage du Menteur de Corneille.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search