Lettre n°2 : L’héritage comme contact et comme liberté

« Hériter » est le terme qui sera au cœur du colloque prévu pour l’automne 2023 et que nous entreprenons, dès à présent, de préparer. Le choix d’un verbe est, comme le souligne Hélène Merlin-Kajman dans l’argument du colloque, une invitation à considérer l’héritage comme une action et non pas, comme on a souvent tendance à le comprendre, comme la réception passive d’un legs.

Car on hérite rarement, comme dans les romans, d’un vieil oncle inconnu et lointain qui n’avait pas d’enfant, par l’intermédiaire magique d’une lettre de notaire. Pour qu’une transmission se fasse, il faut qu’il y ait un contact maintenu entre les générations. C’est ce sur quoi insiste Augustin Leroy qui, commentant un texte de Blanchot sur la relation maître-disciple, souligne que l’enseignement est fait de gestes : celui, par exemple, qui consiste à « s’accroupir afin de mieux entendre ce qu’une voix intimidée par l’autorité incarnée par le professeur tentait de dire ». Or, pour s’accroupir, il faut que l’enseignant soit dans une position surélevée. Ce geste-là réfute donc tout à la fois l’injonction actuelle à se considérer comme l’égal de ses élèves, et l’insistance blanchotienne sur la distance infinie, et pour cela révolutionnaire, qui doit séparer les membres de la relation pédagogique. Maintenir un contact, c’est aussi ce que je recherche, lorsque dans un texte de Jean de Léry, j’évite le thème central du cannibalisme pour me concentrer sur un malaise corporel qui m’est familier : la quasi-fièvre consécutive à l’insomnie.

Mais pour que ce contact, préalable nécessaire à l’héritage, soit opérant, il ne suffit pas que des corps soient mis en présence, fût-ce par un texte ; il faut aussi que la liberté fonde la position du légataire, comme y insistait en octobre Brice Tabeling dans sa discussion du vers de René Char, « Notre héritage n’est précédé d’aucun testament ». Gérald Sfez, commentant ce même vers, donne un nom et une figure à ce type d’héritage : celle du « dés-héritier », qui se tient à égale distance de l’héritier qui hérite intégralement du legs, et du déshérité qui en est privé. Le « dés-héritier » reconnaît qu’« il n’y a personne pour [lui] prescrire ce dont [il devrait] hériter. » Mais loin d’être anéanti par cette absence, il y trouve l’occasion d’une liberté qui lui permet de faire fructifier le legs « en création éternelle ».

 Une présence résolument maintenue, une transmission qui n’étouffe pas la liberté de celui à qui elle est adressée : ne sont-ce pas là les traits caractéristiques de la « mère suffisamment bonne » chère à Winnicott, qui permet à l’enfant, en dernière analyse, de développer sa « capacité d’être seul » ?

Benoît Autiquet

Prochaine conversation critique : un texte de Pierre Bourdieu

Prochaine saynète : un texte de Natassja Martin

Conversation critique n°2 : M. Blanchot / A. Leroy

Augustin Leroy commente un extrait de L’Entretien infini (1969) de Maurice Blanchot autour du rapport entre maître et disciple.

Il serait plus important, plus difficile aussi, de s’interroger sur les relations anciennes et constantes de la philosophie et de l’enseignement. À première vue, on peut répondre : enseigner, c’est parler, et la parole de l’enseignement correspond à une structure originale, celle du rapport maître/disciple.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°2 : M. Blanchot / A. Leroy »

Conversation critique n°1.2 : H. Arendt / G. Sfez

Gérald Sfez concentre ici sa conversation autour de la formule qui sert à Hannah Arendt de point de départ pour la préface à La Crise de la Culture.

« Notre héritage n’est précédé d’aucun testament. » Voilà peut-être le plus étrange des aphorismes étrangement abrupts dans lesquels le poète René Char condensa l’essence de ce que quatre années dans la Résistance en étaient venues à signifier pour toute une génération d’écrivains et d’hommes de lettres européens.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°1.2 : H. Arendt / G. Sfez »

A venir : conversation critique autour de Pierre Bourdieu

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 28 novembre 2022 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com 

Au début du chapitre de la Misère du Monde intitulé « Les contradictions de l’héritage », Pierre Bourdieu précise en note : « J’ai dû privilégier, tout au long de cette analyse, le cas du fils, réservant pour une autre occasion, l’examen des variations du rapport de succession selon le sexe des parents et des enfants ». Comme le suggère la fin de la phrase et comme on va le voir dans le texte suivant, ce n’est pas seulement le cas du fils, mais aussi l’héritage du père, qui est ici privilégié.

               De tous les drames et les conflits, à la fois intérieurs et extérieurs, et liés autant à l’ascension qu’au déclin, qui résultent des contradictions de la succession, le plus inattendu est sans doute le déchirement qui naît de l’expérience de la réussite comme échec ou, mieux, comme transgression : plus tu réussis (c’est-à-dire plus tu accomplis la volonté paternelle de te voir réussir), plus tu échoues, plus tu tues ton père, plus tu te sépares de lui ; et inversement, plus tu échoues (faisant ainsi la volonté inconsciente du père qui peut vouloir totalement son propre reniement, au sens actif), plus tu réussis. Comme si la disposition du père incarnait une limite à ne pas dépasser, qui, intériorisée, est devenue une sorte d’interdit de différer, de se distinguer, de renier, de rompre.

Continuer la lecture de « A venir : conversation critique autour de Pierre Bourdieu »

A venir : saynète autour de Nastassja Martin

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 28 novembre 2022 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Je travaille depuis des années dans un Grand Nord bouleversé par des mutations profondes. Je sais faire avec les métamorphoses, l’explosion, le kairos, l’événement. Je trouve quoi dire, parce que la situation de crise me paraît toujours bonne à penser ; parce qu’elle recèle la possibilité d’une autre vie, d’un autre monde. Par contre, je n’ai jamais su faire avec l’apaisement ni la stabilité ; le calme n’est pas mon fort.

Continuer la lecture de « A venir : saynète autour de Nastassja Martin »

Lettre n° 1 : Mouvements du mouvement

Nous avons déménagé : avant, nous étions  ; maintenant, nous sommes ici. On peut toujours explorer l’ancien site, dont les poétiques ramifications, cultivées avec soin et entrain pendant onze ans, peuvent certainement faire naître encore bien des étonnements, des réflexions et des plaisirs. Mais c’est sur un « carnet » plus léger et plus maniable que se feront les nouvelles publications. Chaque mois, vous y trouverez au moins deux textes : une saynète et une conversation critique, qui, nous l’espérons, en susciteront d’autres par rebonds. Soyez donc les bienvenu.es, pour lire ou pour écrire !

Continuer la lecture de « Lettre n° 1 : Mouvements du mouvement »

Argument du colloque “Hériter ?”

Colloque international du mouvement Transitions (Sorbonne Nouvelle EA 174) organisé du 23 au 25 novembre 2023.

Conception et organisation : Eva Avian, Augustin Leroy, Hélène Merlin-Kajman, Tiphaine Pocquet.

Hériter ?

En plaçant ce colloque sous le signe d’un verbe plutôt que d’un nom, nous ne souhaitons pas seulement interroger la question, aujourd’hui brûlante, de l’héritage, ni seulement celle de la transmission, consciente et inconsciente, mais aussi, et même surtout, celle de l’acquiescement au passé : puisqu’un héritage peut se refuser, c’est qu’il peut aussi s’accepter. Ainsi, proposer ce verbe à la réflexion, « hériter », plutôt que le nom « héritage », voudrait attirer l’attention sur notre liberté face aux héritages culturels : liberté d’y choisir ce qui nous importe, liberté de les modifier pour les relancer, liberté de nous retourner contre certains d’entre eux.

Continuer la lecture de « Argument du colloque “Hériter ?” »

Conversation critique n°1.1 : H. Arendt / B. Tabeling

Une conversation critique écrite par Brice Tabeling autour de la préface à La Crise de la Culture d’Hannah Arendt.

« Notre héritage n’est précédé d’aucun testament. » Voilà peut-être le plus étrange des aphorismes étrangement abrupts dans lesquels le poète René Char condensa l’essence de ce que quatre années dans la Résistance en étaient venues à signifier pour toute une génération d’écrivains et d’hommes de lettres européens.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°1.1 : H. Arendt / B. Tabeling »

Saynète n°1 : Ovide / H. Merlin-Kajman

Une saynète d’Hélène Merlin-Kajman à partir d’un extrait des Héroïdes.

            « Ce que tu lis, Thésée, je te l’envoie de ce rivage, d’où, sans moi, tes voiles emportèrent ton navire, où je fus indignement trahie et par mon funeste sommeil et par toi, qui tendis un piège à mon sommeil.

Continuer la lecture de « Saynète n°1 : Ovide / H. Merlin-Kajman »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search