Saynète n° 4.1 : M. Rosellini / La Fontaine

Michèle Rosellini commente L’Aigle et le Hibou de Jean de La Fontaine :

L’Aigle et le Chat-huant leurs querelles cessèrent,
            Et firent tant qu’ils s’embrassèrent.
L’un jura foi de Roi, l’autre foi de Hibou,
Qu’ils ne se goberaient leurs petits peu ni prou.
Connaissez-vous les miens ? dit l’Oiseau de Minerve.
Non, dit l’Aigle.  Tant pis, reprit le triste oiseau :
            Je crains en ce cas pour leur peau :
            C’est hasard si je les conserve.
Comme vous êtes Roi, vous ne considérez
Qui ni quoi : Rois et Dieux mettent, quoi qu’on leur die,
            Tout en même catégorie.
Adieu mes Nourrissons, si vous les rencontrez.
Peignez-les-moi, dit l’Aigle, ou bien me les montrez :
            Je n’y toucherai de ma vie.
Le Hibou repartit : Mes Petits sont mignons,
Beaux, bien faits, et jolis sur tous leurs compagnons :
Vous les reconnaîtrez sans peine à cette marque.
N’allez pas l’oublier ; retenez-la si bien
            Que chez moi la maudite Parque
            N’entre point par votre moyen.
Il advint qu’au Hibou Dieu donna géniture.
De façon qu’un beau soir qu’il était en pâture,
            Notre Aigle aperçut d’aventure,
            Dans les coins d’une roche dure,
            Ou dans les trous d’une masure
            (Je ne sais pas lequel des deux),
            De petits monstres fort hideux,
Rechignés, un air triste, une voix de Mégère.
Ces enfants ne sont pas, dit l’Aigle, à notre ami.
Croquons-les. Le Galant n’en fit pas à demi :
Ses repas ne sont point repas à la légère.
Le Hibou, de retour, ne trouve que les pieds
De ses chers Nourrissons, hélas ! pour toute chose.
Il se plaint ; et les dieux sont par lui suppliés
De punir le brigand qui de son deuil est cause.
Quelqu’un lui dit alors : N’en accuse que toi
            Ou plutôt la commune loi,
            Qui veut qu’on trouve son semblable
            Beau, bien fait, et sur tous aimable.
Tu fis de tes enfants à l’Aigle ce portrait :
            En avaient-ils le moindre trait ?

Jean de La Fontaine, Fables, éd. M.-M. Fragonard et Catherine Bouttier-Couqueberg, Pocket classiques, 1998, p. 167-168.

Spontanément j’éprouve de l’antipathie pour cette fable. Pourquoi ? Précisément parce que je n’y trouve aucun écho à l’empathie qui, spontanément encore, me saisit quand je considère l’état du parent hibou constatant que ses « nourrissons » ont été dévorés. Par sa posture railleuse, le narrateur interdit tout attendrissement. Il prend nettement le parti de l’Aigle, dont la méprise est par avance excusée par le portrait-charge des petits hiboux – « De petits monstres fort hideux, / Rechignés, un air triste, une voix de Mégère » –, et dont la pulsion dévoratrice est saluée avec une indulgence amusée – « Le Galand n’en fit pas à demi. / Ses repas ne sont point repas à la légère. » La découverte par le hibou du massacre de son nid se résume à un tableau dont la cocasserie est soulignée sarcastiquement par l’enjambement – « Le Hibou de retour ne trouve que les pieds / De ses chers Nourrissons, hélas ! pour toute chose. » – quant à sa plainte légitime, elle n’est présentée que sur son versant judiciaire – « Il se plaint, et les Dieux sont par lui suppliés / De punir le brigand qui de son deuil est cause » –, sans égard à la déploration qui, en toute vraisemblance affective, devrait succéder à la découverte macabre. Cette posture énonciative est d’autant plus étonnante que le fabuliste, sur des sujets comparables, a su faire entendre la détresse maternelle des créatures les plus éloignées de nous, dont, justement, l’aigle. Dans la fable du livre II, « L’Aigle et l’Escarbot », alors même qu’elle est coupable de la dévoration injuste de Jean Lapin réfugié dans le terrier de l’escarbot, la mère aigle a droit à cinq vers d’expression de sa douleur, le narrateur manifestant sa compassion par cette sublime conclusion : « sa plainte au vent se perd » et par l’accentuation de la durée du deuil : « Il fallut pour un an vivre en mère affligée ». Mieux encore, dans « L’Aigle, la Laie et la Chatte », au livre III, l’aigle manifeste sa tendresse maternelle par une protection de ses petits qui va jusqu’au sacrifice. La médisance de la chatte l’a convaincue du danger que représentait la laie, fouissant les racines de l’arbre creux en haut duquel elle a installé sa couvée jusqu’à menacer la stabilité de celui-ci. Mais que n’allait-elle attaquer ladite laie ? Son envergure et ses puissantes serres lui permettaient au moins de capturer les marcassins. Or le fabuliste a dépouillé cette aigle de sa rapacité essentielle pour en faire une mère crédule et sans défense, destinée à fournir avec ses aiglons pâture bienvenue aux chats.

Ces rapprochements me révèlent une autre particularité de l’écriture de « L’Aigle et le Hibou » : le choix exclusif du genre masculin, alors même que le terme générique « aigle » est, selon les dictionnaires et dans son emploi courant, un substantif féminin. Cette particularité n’a pas toutefois arrêté Marie de Sévigné dans l’application qu’elle a faite de cette fable. Un détour par la lettre du 23 mai 1671 permettra d’éclairer, sinon de fonder absolument, ma propre lecture. Son voyage annuel de Paris vers sa résidence bretonne des Rochers a conduit la marquise à faire étape à Malicorne, dans le château de son ami Henri-Charles de Beaumanoir, marquis de Lavardin, qui vient d’être nommé par Louis XIV lieutenant général de Bretagne. La brève relation de son séjour profite de l’enjouement de rigueur dans l’échange épistolaire pour accabler les enfants de son hôte sous l’alibi d’un mot d’esprit emprunté à la fable au prix d’une minime modification du texte : « J’y ai trouvé les deux petites filles, rechignées, un air triste, une voix de Mégère. J’ai dit : Ces petits sont sans doute à notre ami, fuyons-les. Du reste, nos repas ne sont point repas à la légère. Jamais je n’ai vu une meilleure chère, ni une plus agréable maison. » Les deux petites filles ont entre un et deux ans, leur mère, Françoise de Luynes, étant morte en 1670 après trois ans de mariage : elles peuvent, à ce titre, être assimilées aux « nourrissons » du hibou. Mais quelle cruauté dans ce jugement d’une amie de leur père ! Or à qui la marquise livre-t-elle ce portrait de groupe malveillant ? À sa fille, alors enceinte de son deuxième enfant, dont l’état lui procure de vives inquiétudes, parmi lesquelles, juste après la crainte qu’elle ne meure en couches, la hantise de la perte de sa beauté. Car Sévigné est fière de la beauté de sa fille, sa correspondance l’atteste, si bien que l’usage a contrario qu’elle fait de la fable manifeste bien qu’elle la lit d’un point de vue maternel, avec, sur la mère hibou, l’avantage que la beauté de sa progéniture est de longue date reconnue par autrui : Françoise Marguerite a été avant son mariage l’une des plus jolies femmes de la cour, courtisée par le roi lui-même si l’on en croit la fable liminaire du livre III dédiée « A Mlle de Sévigné », « Le Lion amoureux ». Le dénigrement des petites Lavardin par le truchement de La Fontaine a, certes, pour but d’amuser la destinataire dans un effet de connivence culturelle, mais c’est aussi, indirectement, une manière de lui rappeler sa propre beauté et de l’inciter, tacitement, à la conserver.

Cet investissement maternel de la fable m’éclaire sur le mien. Et s’il produisait un contresens ? De fait, en faisant des deux protagonistes des acteurs masculins, La Fontaine élimine le lien maternel : les deux oiseaux sont implicitement les pères de leur progéniture, si bien que l’aveuglement du hibou sur l’aspect de ses « petits » relève de l’orgueil plutôt que de l’instinct de protection qui conduit toutes les mères à accueillir leurs nourrissons comme des êtres en devenir qui comblent leur attente. D’ailleurs le fabuliste fait du hibou un sujet potentiellement rebelle, en lui prêtant une critique acerbe du mépris supposé du roi pour la population sur laquelle il règne : « Rois et Dieux mettent, quoi qu’on leur die, / Tout en même catégorie ». Aussi la correction infligée au hibou peut-elle paraître juste dans la mesure où elle vise l’excès de son amour-propre qui le pousse à étendre à ses « semblables » – et non à ses enfants, la nuance est de taille – la haute estime qu’il se fait de lui-même dans la méconnaissance totale de ses qualités réelles. Mais cette sanction de « la commune loi » de la vanité n’est-elle pas abusivement cruelle ? D’autant qu’elle donne libre cours aux pulsions prédatrices des puissants. Si bien que j’en viens à me demander si l’aversion spontanée que m’inspire cette fable n’a pas plutôt pour objet la violence d’un état de la société que sa moralité semble légitimer. Si toutefois on la prend au pied de la lettre, ce qui est toujours risqué avec La Fontaine…



Citer ce billet
La rédaction (2023, 7 janvier). Saynète n° 4.1 : M. Rosellini / La Fontaine. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rogt

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search