Séminaire 2023-2024 : présentation et programme

« Hériter ?  » : cas pratiques en littérature

Dans le prolongement des réflexions menées en 2022-2023 en vue de la préparation du colloque de Transitions qui se tiendra du 7 au 9 mars 2024 à la Sorbonne Nouvelle sur le thème Hériter ?, nous reconduirons la réflexion sur les manières actives de recevoir un héritage intellectuel, mais cette fois en considérant des cas pratiques liés à la discipline « littérature ».

Les séances auront lieu le lundi soir, de 18h00-20h15 sur le campus Nation. Elles seront suivies d’un pot convivial.

  • Lundi 9 octobre, 18h00-20h15, Campus Nation, salle B 201 :

Hériter de la singularité : indices, traces, fantômes, silences dans l’écriture de l’histoire (Guido Furci)

Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers [1976], Paris, Flammarion, 2014.
Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1949.

Cette séance devait initialement se tenir en juin 2023. Le texte de Marc Bloch a déjà donné lieu à une conversation critique d’Hélène Merlin-Kajman.

  • Lundi 13 novembre, 18h00-20h15, Campus Nation, salle B 201 :

 Comment hériter du XVIIe siècle ? Réflexions sur les Classiques à partir des travaux de Mitchell Greenberg et d’Hélène Merlin-Kajman. (Lise Forment).

Le « classicisme » relève-t-il uniquement d’une conception patrimoniale de « l’hériter » ? Si cette compréhension du terme est, sans nul doute, la plus partagée, l’hypothèse d’un corpus transmis à travers les siècles et appelé à faire moralement, stylistiquement, poétiquement modèle (ou contre-modèle) est concurrencée depuis plusieurs années par des approches qui s’attachent davantage à la configuration qui, par le jeu agonistique avec la « modernité », confère aux œuvres du XVIIe siècle une tension susceptible d’être mobilisée pour penser notre actualité. Plutôt que de s’intéresser au contenu positif de l’héritage classique, Lise Forment interprète ainsi le terme comme un dispositif de donation proprement littéraire des œuvres (de « disponibilité ») , Mitchell Greenberg envisage « l’esthétique classique » comme un écho aux structures de l’appareil psychique humain, tandis qu’Hélène Merlin-Kajman a proposé, à travers la notion de « classico-baroque », d’envisager le classicisme comme une ressource pour penser la transition entre deux modèles d’historicité. 

  • Lundi 11 décembre, 18h00-20h15, Campus Nation, salle B 201 :

Pédagogies de l’hériter : discussion sur le genre de la saynète, pratiqué à Transitions, et sur le manuel en préparation (Brice Tabeling)

Comment penser la transmission de la littérature en esquivant à la fois le modèle patrimonial (un corpus, aussi changeant soit-il, d’oeuvres et d’auteurs passés) et un modèle se constituant autour d’un rapport sans histoire à l’oeuvre, d’une série de gestes (techniques, critiques, ou sensibles) appliqués à un texte indifférent dans une forme de pur présent cognitif ou sentimental ? Le mouvement Transitions a tenté depuis sa création d’inventer des formes de partage littéraire qui se tiennent entre ces deux écueils – exergues, saynètes, abécédaires, sablier etc. et prépare actuellement un manuel de littérature à destination des enseignants. Cette séance sera l’occasion de réfléchir à la façon dont ces formes témoignent d’une conception de la littérature susceptible de renouveler, entre patrimoine et présentisme, les manières d’en hériter.    

  • Lundi 15 janvier, 18h00-20h15, Campus Nation, salle B 201 :

La Fontaine et Hugo : pour une lecture « mineure » et transitionnelle d’œuvres « majeures» (Éva Avian, Augustin Leroy)

Les œuvres de La Fontaine et d’Hugo sont on ne peut plus monumentales, on ne peut plus « classiques » au sens de « ce qui s’enseigne » et ce qui se transmet, notamment par le biais de l’école. Au point de représenter, peut-être, le type même d’héritage que l’on ne choisit pas.

À la différence des statues des « grands hommes », cependant, les œuvres littéraires n’apparaissent pas d’un bloc dans l’espace public, quasi muettes et tout honorifiques. Ce sont les lectures et interprétations qui en sont données au fil du temps qui déterminent le type d’héritage qu’elles constituent ainsi que les différentes manières d’en hériter.

Aussi la question qui animera cette séance de séminaire sera-t-elle la suivante : peut-on (et comment) hériter de La Fontaine et d’Hugo de manière non-monumentale, non-majoritaire, non-canonique ?

Deux notions ou quasi-concepts pris à ces auteurs nous permettront d’avancer des éléments de réponses : « naïveté » et « innocence », toutes deux relatives à l’enfance et sur lesquelles nous appuierons la possibilité d’une critique en mode mineur d’œuvres réputées majeures.   

  • Lundi 26 février, 18h00-20h15, Campus Nation, salle B 312 :

Filiations littéraires au XVIe siècle. Autour du livre de Neil Kenny : Literary Families and Social Hierarchy in Early Modern France (Oxford University Press, 2020) (Benoît Autiquet)

Cette séance sera l’occasion de revenir sur l’ouvrage Born to Write. Literary Families and Social Hierarchy in Early Modern France, que Neil Kenny, professeur au All Souls College d’Oxford, a récemment fait paraître. Cet essai considère la littérature du XVIe siècle depuis le prisme des « familles littéraires », dont deux membres ou plus ont publié des ouvrages savants. S’appuyant sur les caractéristiques juridiques et sociologiques de l’héritage au XVIe siècle, l’auteur tente de comprendre comment la « littérature » peut se comprendre, à la Renaissance, comme une entreprise familiale pour gravir la hiérarchie sociale, si prégnante dans la société d’Ancien Régime.

Lundi 22 avril, 18-20h15, Campus Nation, salle à préciser :

Échos du colloque.

Nous discuterons de deux points dont le colloque Hériter ? a fait apparaître l’importance :

1.Un usage transitionnel de l’instance auctoriale est-il possible ?

2.Saynète : un espace d’imagination critique ?

Samedi 25 mai, 9h00-12h00, lieu et salle à préciser :

Séance autour du livre de Matthieu Dupas : La Galanterie comme mode de vie. Amour, civilité et mariage dans Mélite ou Les Fausses Lettres de Pierre Corneille, Paris, Classiques Garnier, 2023, en présence de l’auteur.

Samedi 22 juin, 9h00-12h00, Maison de La Recherche – Sorbonne Nouvelle (4 Rue des Irlandais), salle Claude Simon :

Séance autour du livre de Denis Salas : Le Déni du viol. Essai de justice narrative (Paris, Éditions Michalon, 2023), en présence de l’auteur.



Citer ce billet
La rédaction (2023, 27 septembre). Séminaire 2023-2024 : présentation et programme. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rohr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search