Lettre n°14 : Hériter des hiérarchies

Les textes que nous commentons dans cette livraison ont un point commun : ils posent tous deux la question de la transmission actuelle des hiérarchies qui structuraient jadis la société des ancêtres. Neil Kenny, commentant le statut du terme de « race » chez Montaigne, qui désigne sous sa plume l’élite des êtres humains, souligne que l’essayiste, s’il n’est pas indifférent à l’idée d’appartenir à une « race fameuse en preud’homie », insiste cependant sur « la singularité de l’individu, en son autonomie, et en son for intérieur ». De cette autonomie, on peut tirer une leçon historique : je suggère qu’une telle manière de percevoir le rapport aux ancêtres est liée à l’épanouissement, à la fin du XVIe siècle, d’un nouveau « public », constitué par une « société de particuliers » (Hélène Merlin-Kajman) dans le domaine des « belles-lettres ». André Bayrou, quant à lui, envisage la possibilité d’une « transposition » de l’attitude montaignienne vis-à-vis de la lignée aristocratique à la question actuelle de la « race », et des débats autour du « racisme systémique ». Dans un contexte où les affirmations tendent à se raidir, l’auteur des Essais ne nous permettrait-il pas d’envisager une distance individuelle par rapport aux assignations raciales qui « nous amène[nt] à jouer des personnages trop étroits, trop attendus et si peu variés » ? Deux hypothèses, l’une à propos du passé et l’autre pour le présent, qui envisagent la possibilité d’assouplir les ordres sociaux dont on hérite.

De son côté, Guido Furci commente un texte du Rouge et le Noir dans lequel Mathilde, au bal, se fait un « bon mot » à elle-même : alors qu’un « marquis de Croisenois », qui ne l’intéresse guère malgré son esprit, cherche à la séduire par sa conversation, elle se dit, voyant passer le comte Altamira, « condamné à mort dans son pays » : « Je ne vois que la condamnation à la mort qui distingue un homme ». La valeur du comte, plus grande que celle du marquis, ne tient pas à son titre, mais à son infâmie ; si bien que la question de Mathilde adressée au marquis, « Connaissez-vous le comte Altamira ? », pourrait être aussi bien, suggère Guido Furci, adressée au lecteur lui-même. Nouvelle manière de souligner la capacité du texte littéraire à remettre en jeu les grandeurs instituées et transmises

B. A.

Prochaine conversation critique autour d’un passage de L’Histoire naturelle de l’esthétique de Lorenzo Bartalesi.

Prochaine saynète autour du sonnet 6 des Regrets de Joachim du Bellay.

Vos textes peuvent nous être envoyés jusqu’au 24 février 2024



Citer ce billet
La rédaction (2024, 2 février). Lettre n°14 : Hériter des hiérarchies. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr0s

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search