À venir : conversation critique autour de bell hooks

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 30 mars 2024 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com.

Dans notre société, la plupart des gens cherchent à nier cette banale vérité patriarcale. Chaque fois que des penseuses, en particulier des penseuses féministes, abordent le problème de la violence masculine généralisée, les gens ont envie de se lever pour faire valoir que la plupart des hommes ne sont pas violents. Ils refusent de reconnaître que des millions d’hommes et de garçons sont programmés dès leur naissance pour croire qu’à un moment donné, il leur faudra recourir à la violence, psychologique ou physique, afin de prouver qu’ils sont des hommes. À cet endoctrinement précoce qui leur inculque la pensée patriarcale, Terrence Real donne le nom de « traumatisation normale » des garçons :

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser aux questions de genre, je croyais que la violence était un produit dérivé de la socialisation des garçons. Mais après avoir écouté plus attentivement les hommes et leurs familles, j’en suis venu à penser que la violence est la socialisation des garçons. Notre manière de « faire de ces garçons des hommes » passe par la mutilation : la recherche nous montre que nous les coupons de leur mère bien trop tôt. Nous les séparons de leur propre expressivité, de leurs sentiments, de leur sensibilité aux autres. Même l’expression « comporte toi comme un homme ! » signifie marche ou crève. La déconnexion n’est pas l’une des retombées de la masculinité traditionnelle. La déconnexion est la masculinité.

[…] Le premier acte de violence que le patriarcat exige des hommes ne consiste pas à être violents envers les femmes. Au contraire, le patriarcat exige de tous les hommes qu’ils se livrent à des actes d’automutilation psychique, qu’ils exterminent leur moi affectif. Lorsqu’un individu ne parvient pas à s’estropier affectivement, il peut compter sur les hommes patriarcaux pour mettre en place des rituels de pouvoir qui attaqueront son estime de soi. Le mouvement féministe a offert aux hommes et aux femmes les informations nécessaires pour lutter contre ce massacre psychique, mais ce combat ne s’est jamais généralisé au point de devenir un aspect de toute lutte pour l’égalité des genres. Les femmes ont exigé des hommes qu’ils donnent davantage sur le plan affectif, mais la plupart des hommes ne pouvaient pas vraiment comprendre ce qui leur était demandé. S’étant séparés de ce qui, en eux-mêmes, les rendait capables de ressentir une large gamme d’émotions et d’y répondre, ils s’avéraient trop déconnectés. Il leur était tout simplement impossible de donner davantage sur le plan affectif ou même de saisir le problème, sans d’abord reconnecter, réunir les parties d’eux-mêmes qui avaient été mutilées.

bell hooks, La Volonté de changer. Les hommes, la masculinité et l’amour (2004), Alex Taillard (trad.), Paris, éditions divergences, 2021, p. 84-91.



Citer ce billet
La rédaction (2024, 3 mars). À venir : conversation critique autour de bell hooks. Transitions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxzr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search