Lettre n° 1 : Mouvements du mouvement

Nous avons déménagé : avant, nous étions  ; maintenant, nous sommes ici. On peut toujours explorer l’ancien site, dont les poétiques ramifications, cultivées avec soin et entrain pendant onze ans, peuvent certainement faire naître encore bien des étonnements, des réflexions et des plaisirs. Mais c’est sur un « carnet » plus léger et plus maniable que se feront les nouvelles publications. Chaque mois, vous y trouverez au moins deux textes : une saynète et une conversation critique, qui, nous l’espérons, en susciteront d’autres par rebonds. Soyez donc les bienvenu.es, pour lire ou pour écrire !

Ce mouvement en accompagne un autre : notre équipe s’est réorganisée. Nous nous coordonnons, épaulons, partageons, relayons différemment. Un « nous » nouveau ? Non, mais transformé, et animé par de nouveaux projets.

Parmi ceux-ci, un colloque international prévu pour l’automne 2023, autour d’un verbe lancé comme une question : « Hériter ? » Il s’agira d’interroger « notre liberté face aux héritages culturels : liberté d’y choisir ce qui nous importe, liberté de les modifier pour les relancer, liberté de nous retourner contre certains d’entre eux », comme l’explique l’argument. Au sein de Transitions, cette interrogation a quelque chose d’une introspection – beaucoup des pensées à partir desquelles nous avons travaillé l’idée d’une transitionnalité de la littérature sont issues de la modernité, dont on sait qu’elle a « organisé une sorte de “déshéritage” ». Mais cette interrogation projette aussi vers le monde qui nous entoure, dans l’actualité brûlante de toute une série de crises qui mettent en cause le lien entre passé et avenir.

À ces remuements d’idées, nous nous préparerons durant cette année à travers le séminaire, dont la première séance aura lieu le 19 octobre. Elle prendra appui sur la conversation critique de Brice Tabeling à partir de la préface d’Hannah Arendt à La Crise de la culture. Le point de départ en est un aphorisme de René Char – « Notre héritage n’a été précédé d’aucun testament » –, dans lequel elle lit le désarroi d’un retour à l’existence ordinaire et individuelle après son engagement dans la résistance, désarroi d’avoir possédé un « trésor » qu’il n’a ni les moyens de conserver ni de transmettre. Or en investissant ainsi l’ambiguïté du pronom possessif, note Brice Tabeling (l’héritage serait autant « celui que l’on transmet » que « celui que l’on reçoit »), Arendt lui donne le sens inédit de « legs non pas subi mais construit ». L’héritage pourrait ainsi renvoyer à « l’expérience indéchiffrable de la politique à venir plutôt qu[’aux] ruines d’un monde aboli », en un point de confusion temporelle qui est celui, aussi, de la littérature. Et qui pourrait, devrait être celui de nos pratiques de lecture.

Et quoique les saynètes suivent leur propre trajectoire, non nécessairement en rapport avec la thématique du séminaire, c’est une autre confusion, un autre court-circuit temporel que nous trouvons dans celle d’Hélène Merlin-Kajman. Mettant sous nos yeux le formidable échange de forces qui s’opère entre elle, lectrice, et les plaintes d’Ariane abandonnée, elle propose des solutions pour que soit encore transportée cette émotion jusqu’aux élèves d’aujourd’hui – pour que le texte d’Ovide conserve auprès d’elles et eux ce pouvoir de « scotcher ».

Nous avons déménagé, mais nous sommes encore en transit, et susceptibles de nous laisser soudainement « scotcher ». Les mouvements de notre mouvement aspirent à davantage qu’à la cohérence et à l’efficacité.

S.N.

Prochaine conversation critique : un texte de Maurice Blanchot.

Prochaine saynète : un texte de Jean de Léry.

(les textes peuvent nous être adressés jusqu’au 28 octobre)



Citer ce billet
La rédaction (2022, 1 octobre). Lettre n° 1 : Mouvements du mouvement. Transitions. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/roge

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search