Lettre n° 18 : Deux ou trois ou quatre langages

Comme l’écrit Benoît Autiquet dans sa conversation critique autour d’un extrait du livre de Denis Salas, Le Déni du viol. Essai de justice narrative, l’une des questions les plus urgentes du combat contre les violences sexuelles est celle de la « publicisation » de la parole des victimes, autrement dit, de « la manière dont une victime d’abus sexuel rend public le récit de ce qu’elle a subi ». Cette « publicisation » passe notamment, mais pas seulement, par la prise en charge de ce récit par l’institution judiciaire. Deux langages se rencontrent alors : celui du droit et celui de l’expérience même. La pensée lyotardienne du différend, qui occupe une place centrale dans la réflexion du mouvement Transitions, a souligné à quel point il n’existait pas de l’un à l’autre de traduction qui ne laisse un reste, parfois massif, occasionnant de quelque façon un « tort ». Néanmoins, à la suite de Denis Salas, Benoît Autiquet explore un moment intermédiaire d’« écoute officielle », en amont de la scène du tribunal, se tenant « en équilibre entre la  “sollicitude” et l’établissement d’une “réalité” par la mise en doute ». Quel est le langage de cette écoute ? Ce n’est pas exactement celui du droit, puisqu’il précède l’éventuelle qualification pénale des faits ; ce n’est plus celui de l’expérience même, du tête-à-tête avec l’agresseur ou du « safe space », puisqu’il naît au contact d’un tiers et de ses doutes. C’est un troisième langage, non sans lien avec celui de la littérature, temporaire, circonstanciel, précaire peut-être, mais nécessaire, car c’est la première brèche dans le « huis-clos » traumatique des victimes de violences sexuelles. Benoît Autiquet rejoint alors ma saynète autour d’un moment burlesque du film d’Arnaud Desplechin, Rois & Reine, saynète dans laquelle j’examine notamment comment « mon langage peut, au bout de sa solitude, s’émanciper de la solitude même ».

Le 22 juin, nous rencontrerons Denis Salas pour une discussion autour de son livre, Le Déni du viol. Essai de justice narrative (Michalon, 2023). Ce sera de 9 à 12h, à la Maison de Recherche, rue des Irlandais, à Paris.

Bonne lecture !

B. T.

Prochaine conversation critique autour d’un extrait de la Vérité de la démocratie de Jean-Luc Nancy.

Prochaine saynète autour d’un extrait d’Iphigénie à Aulis d’Euripide.

Conversation critique n°18 : B. Autiquet / D. Salas

Benoît Autiquet propose sa lecture d’un extrait de l’ouvrage de Denis Salas, Le Déni du viol. Essai de justice narrative (2023).

Lisons la lettre à un procureur d’une femme victime étant enfant d’un abus sexuel. Elle demande un peu naïvement un « acte juridique quel qu’il soit » de nature à lui venir en aide. Un policier est chargé de l’entendre. Cette audition satisfait son besoin d’un récit « officiel » en lui permettant de déposer son fardeau. Entendu comme témoin, l’agresseur qu’elle désigne se retranche derrière la prescription, refuse toute confrontation et menace de déposer plainte en diffamation. Un mur est devant elle. Impossible d’aller plus loin. Un classement sans suite suivra. Mais « ce fut un moment essentiel dans mon chemin : la première fois que je m’exprimais officiellement ; j’avais été entendue, considérée. » Cette femme a usé de la force du droit. Elle a fait connaître son pouvoir d’agir. En contraignant son adversaire à prendre un avocat pour se défendre, elle l’a placé sur son terrain. Elle ne veut pas forcément qu’il aille en prison mais qu’il soit informé de sa plainte, qu’il se départisse de sa suffisance, qu’il soit gagné par une inquiétude substantielle. Malgré ce poids sur ses épaules, elle se redresse. Elle trouve la force de tordre le mal dans l’autre sens. Cette reconnaissance lui restitue sa capacité perdue. C’est un peu comme si le prédateur qui se croyait à l’abri était pris à parti par sa victime. L’ancien rapport de force plie devant le rapport de droit qu’elle instaure. Et surtout en mobilisant la force autorisée de la loi, le magistrat l’aide. Le face-à-face avec un policier place cet homme devant la loi. Cette volonté d’écoute a quelque chose d’inaugural : la plainte est entendue pour la première fois. Ma souffrance, reconnaît-elle, a trouvé une issue. Je n’imaginerai plus sur les lèvres de mon agresseur un oubli méprisant. Il saura désormais que j’ai eu le dernier mot, que la société rend raison à défaut de me rendre justice.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°18 : B. Autiquet / D. Salas »

À venir : conversation critique autour de Jean-Luc Nancy

Vous pouvez nous envoyer vos textes à transitions.informations@gmail.com jusqu’au 29 juin.

X.
Inéquivalence

Or le monde démocratique s’est développé dans le contexte – auquel il est lié d’origine – de l’équivalence générale. Cette expression – de Marx, encore – ne désigne pas seulement l’arasement général des distinctions et réduction des excellences dans la médiocrisation – motif qui a dominé, comme on sait, l’analyse heideggérienne du « on » (où l’on peut désigner l’une des impasses symptomatiques de la philosophie face à la démocratie – et cela, sans préjuger ici en rien de l’analyse exacte qu’il convient d’en faire). Elle désigne d’abord la monnaie et la forme marchande, c’est-à-dire le cœur du capitalisme. Il faut en tirer une leçon très simple : le capitalisme dans lequel ou avec lequel, sinon comme lequel la démocratie s’est engendrée, est avant tout, dans son principe, le choix d’un mode d’évaluation : par l’équivalence. Le capitalisme relève d’une décision de civilisation : la valeur est dans l’équivalence. La technique qui s’est elle aussi déployée dans et par l’effet de cette décision – alors même que le rapport technique au monde est proprement et d’origine celui de l’homme – est une technique soumise à l’équivalence : celle de toutes ses fins possibles, et même, de manière au moins aussi flagrante que sur le registre de l’argent, celle des fins et des moyens.

Continuer la lecture de « À venir : conversation critique autour de Jean-Luc Nancy »

À venir : saynète autour d’Euripide

Vous pouvez nous envoyer vos textes jusqu’au 29 juin, à l’adresse transitions.informations@gmail.com.

Je suis venue jusqu’aux sables
De la côte, à Aulis de la mer
Traversant les vagues de l’Euripe,
Leurs portes étroites ; je l’ai abordée.
J’ai abandonné Chalcis, ma ville,
Nourrice près de la mer des eaux,
De la glorieuse Aréthuse,
Pour voir l’armée des Achéens
Et la rame qui fait passer les bateaux
Des demi-dieux achéens.

Continuer la lecture de « À venir : saynète autour d’Euripide »

Lettre n°17 : Ambiguïtés politiques des formes

Le samedi 25 mai, Transitions reçoit Matthieu Dupas pour une table ronde autour de son livre La Galanterie comme mode de vie. Amour, civilité, mariage dans Mélite ou Les Fausses Lettres de Pierre Corneille ; Hélène Merlin-Kajman, Françoise Poulet et Sarah Nancy participeront à la discussion. La livraison de ce mois anticipe ce rendez-vous en proposant une saynète de Tiphaine Pocquet autour de la scène d’exposition du Menteur de Corneille et, de ma part, une conversation critique sur un passage du livre de Matthieu Dupas.

La question qui, me semble-t-il, relie ces deux textes, et qui traverse la réflexion de Matthieu Dupas sur la galanterie, est la capacité des dispositifs formels, qu’ils soient civils ou littéraires, à neutraliser la violence des rapports sociaux. Quoique Tiphaine Pocquet examine dans le détail les éléments issus de la tradition théâtrale, les variations dans les formes du don, ou le « nuancier » subtil des types féminins présentés par les personnages, rien ne parvient, selon elle, tout à fait à déjouer – c’est-à-dire aussi à faire jouer – la conception brutale des rapports de genre que cette scène présente. De mon côté, je m’interroge, en m’aidant de la réflexion d’Etienne Balibar, sur le caractère civil de la galanterie et suggère que l’ambiguïté interprétative des formes galantes fragilise leur conversion en (quasi) politique.

Bonne lecture !

B. T.

Prochaine conversation critique autour d’un extrait du livre de Denis Salas, Le Déni du viol.

Prochaine saynète autour d’un extrait du scénario de Rois et reine d’Arnaud Desplechin et Roger Bohbot.

Conversation critique n°17 : B. Tabeling / M. Dupas

Brice Tabeling propose une conversation critique autour d’un extrait du livre de Matthieu Dupas, La Galanterie comme mode de vie. Amour, civilité, mariage dans Mélite ou Les Fausses Lettres de Pierre Corneille.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°17 : B. Tabeling / M. Dupas »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search