Lettre n°2 : L’héritage comme contact et comme liberté

« Hériter » est le terme qui sera au cœur du colloque prévu pour l’automne 2023 et que nous entreprenons, dès à présent, de préparer. Le choix d’un verbe est, comme le souligne Hélène Merlin-Kajman dans l’argument du colloque, une invitation à considérer l’héritage comme une action et non pas, comme on a souvent tendance à le comprendre, comme la réception passive d’un legs.

Car on hérite rarement, comme dans les romans, d’un vieil oncle inconnu et lointain qui n’avait pas d’enfant, par l’intermédiaire magique d’une lettre de notaire. Pour qu’une transmission se fasse, il faut qu’il y ait un contact maintenu entre les générations. C’est ce sur quoi insiste Augustin Leroy qui, commentant un texte de Blanchot sur la relation maître-disciple, souligne que l’enseignement est fait de gestes : celui, par exemple, qui consiste à « s’accroupir afin de mieux entendre ce qu’une voix intimidée par l’autorité incarnée par le professeur tentait de dire ». Or, pour s’accroupir, il faut que l’enseignant soit dans une position surélevée. Ce geste-là réfute donc tout à la fois l’injonction actuelle à se considérer comme l’égal de ses élèves, et l’insistance blanchotienne sur la distance infinie, et pour cela révolutionnaire, qui doit séparer les membres de la relation pédagogique. Maintenir un contact, c’est aussi ce que je recherche, lorsque dans un texte de Jean de Léry, j’évite le thème central du cannibalisme pour me concentrer sur un malaise corporel qui m’est familier : la quasi-fièvre consécutive à l’insomnie.

Mais pour que ce contact, préalable nécessaire à l’héritage, soit opérant, il ne suffit pas que des corps soient mis en présence, fût-ce par un texte ; il faut aussi que la liberté fonde la position du légataire, comme y insistait en octobre Brice Tabeling dans sa discussion du vers de René Char, « Notre héritage n’est précédé d’aucun testament ». Gérald Sfez, commentant ce même vers, donne un nom et une figure à ce type d’héritage : celle du « dés-héritier », qui se tient à égale distance de l’héritier qui hérite intégralement du legs, et du déshérité qui en est privé. Le « dés-héritier » reconnaît qu’« il n’y a personne pour [lui] prescrire ce dont [il devrait] hériter. » Mais loin d’être anéanti par cette absence, il y trouve l’occasion d’une liberté qui lui permet de faire fructifier le legs « en création éternelle ».

 Une présence résolument maintenue, une transmission qui n’étouffe pas la liberté de celui à qui elle est adressée : ne sont-ce pas là les traits caractéristiques de la « mère suffisamment bonne » chère à Winnicott, qui permet à l’enfant, en dernière analyse, de développer sa « capacité d’être seul » ?

Benoît Autiquet

Prochaine conversation critique : un texte de Pierre Bourdieu

Prochaine saynète : un texte de Natassja Martin

Lettre n° 1 : Mouvements du mouvement

Nous avons déménagé : avant, nous étions  ; maintenant, nous sommes ici. On peut toujours explorer l’ancien site, dont les poétiques ramifications, cultivées avec soin et entrain pendant onze ans, peuvent certainement faire naître encore bien des étonnements, des réflexions et des plaisirs. Mais c’est sur un « carnet » plus léger et plus maniable que se feront les nouvelles publications. Chaque mois, vous y trouverez au moins deux textes : une saynète et une conversation critique, qui, nous l’espérons, en susciteront d’autres par rebonds. Soyez donc les bienvenu.es, pour lire ou pour écrire !

Continuer la lecture de « Lettre n° 1 : Mouvements du mouvement »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search