Conversation critique n°18 : B. Autiquet / D. Salas

Benoît Autiquet propose sa lecture d’un extrait de l’ouvrage de Denis Salas, Le Déni du viol. Essai de justice narrative (2023).

Lisons la lettre à un procureur d’une femme victime étant enfant d’un abus sexuel. Elle demande un peu naïvement un « acte juridique quel qu’il soit » de nature à lui venir en aide. Un policier est chargé de l’entendre. Cette audition satisfait son besoin d’un récit « officiel » en lui permettant de déposer son fardeau. Entendu comme témoin, l’agresseur qu’elle désigne se retranche derrière la prescription, refuse toute confrontation et menace de déposer plainte en diffamation. Un mur est devant elle. Impossible d’aller plus loin. Un classement sans suite suivra. Mais « ce fut un moment essentiel dans mon chemin : la première fois que je m’exprimais officiellement ; j’avais été entendue, considérée. » Cette femme a usé de la force du droit. Elle a fait connaître son pouvoir d’agir. En contraignant son adversaire à prendre un avocat pour se défendre, elle l’a placé sur son terrain. Elle ne veut pas forcément qu’il aille en prison mais qu’il soit informé de sa plainte, qu’il se départisse de sa suffisance, qu’il soit gagné par une inquiétude substantielle. Malgré ce poids sur ses épaules, elle se redresse. Elle trouve la force de tordre le mal dans l’autre sens. Cette reconnaissance lui restitue sa capacité perdue. C’est un peu comme si le prédateur qui se croyait à l’abri était pris à parti par sa victime. L’ancien rapport de force plie devant le rapport de droit qu’elle instaure. Et surtout en mobilisant la force autorisée de la loi, le magistrat l’aide. Le face-à-face avec un policier place cet homme devant la loi. Cette volonté d’écoute a quelque chose d’inaugural : la plainte est entendue pour la première fois. Ma souffrance, reconnaît-elle, a trouvé une issue. Je n’imaginerai plus sur les lèvres de mon agresseur un oubli méprisant. Il saura désormais que j’ai eu le dernier mot, que la société rend raison à défaut de me rendre justice.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°18 : B. Autiquet / D. Salas »

Conversation critique n°17 : B. Tabeling / M. Dupas

Brice Tabeling propose une conversation critique autour d’un extrait du livre de Matthieu Dupas, La Galanterie comme mode de vie. Amour, civilité, mariage dans Mélite ou Les Fausses Lettres de Pierre Corneille.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°17 : B. Tabeling / M. Dupas »

Conversation critique n° 14.1 : A. Bayrou / N. Kenny

André Bayrou commente l’extrait d’un récent article de Neil Kenny sur « La race chez Montaigne ».

Que désigne alors le terme de « race » sous la plume de Montaigne ? Le plus souvent, des groupes humains dans sa propre société, et souvent (mais pas toujours) des élites. Plus précisément, ce terme renvoie souvent en réalité à l’acte de désigner ces groupes comme tels. Pour Montaigne, utiliser le terme de race, c’est désigner moins un classement que la tentative d’instituer un classement – ou encore c’est mettre en question une telle tentative, comme nous le verrons.

Continuer la lecture de « Conversation critique n° 14.1 : A. Bayrou / N. Kenny »

Conversation critique n° 14.2 : B. Autiquet / N. Kenny

Benoît Autiquet commente l’extrait d’un récent article de Neil Kenny sur « La race chez Montaigne ».

Que désigne alors le terme de « race » sous la plume de Montaigne ? Le plus souvent, des groupes humains dans sa propre société, et souvent (mais pas toujours) des élites. Plus précisément, ce terme renvoie souvent en réalité à l’acte de désigner ces groupes comme tels. Pour Montaigne, utiliser le terme de race, c’est désigner moins un classement que la tentative d’instituer un classement – ou encore c’est mettre en question une telle tentative, comme nous le verrons.

Continuer la lecture de « Conversation critique n° 14.2 : B. Autiquet / N. Kenny »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search