Lettre n°3 : Hériter, trahir

En relisant le texte de Bourdieu qui fait l’objet de la conversation critique de Benoît Autiquet ce mois-ci, je me suis fait la remarque très sensorielle, mais non sans rapport avec la démonstration de Pierre Bourdieu, que le mot « hériter » était presque une anagramme de « trahir ». Bourdieu parle en effet de ce cas où il est interdit – au fils transfuge de classe – de reproduire la condition du père autant que de la dépasser, interdit d’hériter autant que de trahir.

On ne peut pas dire que ce constat d’un enchevêtrement soit d’une grande aide pour penser, comme nous essayons de le faire cette année à Transitions, une manière active d’hériter. À moins d’y voir, sombre repoussoir, une sorte de reflet inversé : une manière aliénée de s’émanciper, en vertu des lois implacables de l’ambition et du désir. La silhouette de Montaigne éclaire un peu le paysage, mais d’un rayon mélancolique. Dénué du désir coupable de tuer le père, il est, pour Benoît Autiquet, un « héritier qui n’arrive pas à hériter », et, à ce titre, une inspiration pour penser la situation qui est aujourd’hui la nôtre.

Autre silhouette, autre paysage, autre éclair : l’ours qui a attaqué l’anthropologue Nastassja Martin, et qui, selon elle, l’attendait pour ce « baiser » et cette « bataille » qui défient notre capacité à croire. Guido Furci se déclare sensible à l’interprétation de ce surgissement comme rencontre avec ce qui nous précède, comme invention de soi dans les traces de l’autre. Et précise une chose importante : ce consentement violent à « être » peut ne pas advenir seulement dans un espace sauvage, loin de « la salle de classe, [des] mathématiques, et [de] la ville ».

On en revient donc toujours à la salle de classe ? Il ne peut en être autrement quand on réfléchit sur hériter, comme l’a montré la vive discussion qui a suivi les propositions avancées par Brice Tabeling lors de la dernière séance de séminaire, et qui a porté sur la possibilité de penser la transmission de maître à disciple comme dépourvue de contenu. Est-ce trahir – et qui, et quoi ? – de penser cela ? Et se peut-il même que ce soit bien trahir, pour bien hériter ?

S. N.

Prochaine conversation critique : un texte de Donald W. Winnicott

Prochaine saynète : un texte de Jean de La Fontaine

(les textes peuvent nous être adressés jusqu’au 31 décembre 2022)

Conversation critique n°3 : P. Bourdieu / B. Autiquet

Benoît Autiquet commente un extrait de La Misère du monde de Pierre Bourdieu (1993).

Au début du chapitre de La Misère du monde intitulé « Les contradictions de l’héritage », Pierre Bourdieu précise en note : « J’ai dû privilégier, tout au long de cette analyse, le cas du fils, réservant pour une autre occasion, l’examen des variations du rapport de succession selon le sexe des parents et des enfants ». Comme le suggère la fin de la phrase et comme on va le voir dans le texte suivant, ce n’est pas seulement le cas du fils, mais aussi l’héritage du père, qui est ici privilégié.

De tous les drames et les conflits, à la fois intérieurs et extérieurs, et liés autant à l’ascension qu’au déclin, qui résultent des contradictions de la succession, le plus inattendu est sans doute le déchirement qui naît de l’expérience de la réussite comme échec ou, mieux, comme transgression : plus tu réussis (c’est-à-dire plus tu accomplis la volonté paternelle de te voir réussir), plus tu échoues, plus tu tues ton père, plus tu te sépares de lui ; et inversement, plus tu échoues (faisant ainsi la volonté inconsciente du père qui peut vouloir totalement son propre reniement, au sens actif), plus tu réussis. Comme si la disposition du père incarnait une limite à ne pas dépasser, qui, intériorisée, est devenue une sorte d’interdit de différer, de se distinguer, de renier, de rompre.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°3 : P. Bourdieu / B. Autiquet »

Saynète n°3 : N. Martin / G. Furci

Guido Furci commente un extrait de Croire aux fauves, de Nastassja Martin (2019).

Je travaille depuis des années dans un Grand Nord bouleversé par des mutations profondes. Je sais faire avec les métamorphoses, l’explosion, le kairos, l’événement. Je trouve quoi dire, parce que la situation de crise me paraît toujours bonne à penser ; parce qu’elle recèle la possibilité d’une autre vie, d’un autre monde. Par contre, je n’ai jamais su faire avec l’apaisement ni la stabilité ; le calme n’est pas mon fort.

Continuer la lecture de « Saynète n°3 : N. Martin / G. Furci »

Note du séminaire du 16 novembre 2022 : maître et disciple

Les « notes » du séminaire conservent les traces de l’exposé initial qui a lancé la discussion. Elles ne reproduisent pas la discussion– les objections, les développements – qui a suivi et constitue l’essentiel du séminaire . Elles sont rédigées post hoc par les auteurs.rices de l’exposé.

Objectif de cette présentation : étudier la relation maître/disciple à partir d’un extrait de L’Entretien infini (Paris, Gallimard, 1969) de Maurice Blanchot et du Maitre Ignorant (Paris, Fayard, 1978 [rééd. 10/18, 2004]) de Jacques Rancière. Des textes de Roland Barthes, de Michel Foucault et de George Steiner seront également convoqués, et je reviendrai pour finir sur Les Feuillets d’Hypnos (in Fureur et mystère, Paris, Gallimard, 1967) de René Char, évoqués lors du dernier séminaire.

Continuer la lecture de « Note du séminaire du 16 novembre 2022 : maître et disciple »

À venir : conversation critique autour de Donald W. Winnicott

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 31 décembre 2022 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com 

J’ai employé le terme d’expérience culturelle en y voyant une extension de l’idée de phénomènes transitionnels et de jeu, mais sans être assuré de pouvoir définir le mot « culture ». En fait, je mets l’accent sur l’expérience. En utilisant le mot de culture, je pense à la tradition dont on hérite. Je pense à quelque chose qui est le lot commun de l’humanité auquel des individus et des groupes peuvent contribuer et d’où chacun de nous pourra tirer quelque chose, si nous avons un lieu où mettre ce que nous trouvons.

Continuer la lecture de « À venir : conversation critique autour de Donald W. Winnicott »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search