Lettre n°4 : Un sentiment de confiance

La théorie de Donald W. Winnicott sur la culture comme « tradition dont on hérite » la fait dépendre d’un « sentiment de confiance ». Ce n’est pas rien. Dans le domaine des sciences humaines, ce rôle accordé à la confiance est même tout à fait étonnant. C’est en commençant par renouveler cet étonnement que j’aimerais vous souhaiter, au nom de toute l’équipe de Transitions, une belle et heureuse année 2023.

Il y a peu de raisons de placer spontanément l’année qui commence sous le signe de la confiance, qui le niera ? Mais ce sur quoi le texte de Winnicott attire précisément l’attention, c’est sur le fait que la confiance n’est jamais donnée, mais qu’elle est une condition sans cesse remise en cause : condition pour que puisse exister en chaque sujet « un lieu où mettre ce que nous trouvons », ce « lot culturel », comme le nomme Winnicott, à transmettre et dont hériter.

Les protagonistes de cette théorie sont le bébé et sa mère (c’est-à-dire toute figure remplissant la fonction de mère). Dans sa conversation critique, Anne-Laure Dubruille résume bien ce tour de force de Winnicott : « envelopp[er] d’un seul regard le jeu des bébés et l’expérience de la culture », et le faire dans un style qui invite celle ou celui qui lit à jouer à son tour « avec un héritage intellectuel qu’il réanime de manière originale ». Surtout, elle souligne l’originalité de Winnicott, qui ne donne pas de contenu fixe à la culture mais décrit les conditions mêmes d’accès à la subjectivation du sujet de la culture, par une « utopie » dont le bébé a pu faire l’expérience : avoir pu « croire qu’il crée le monde ». Or, Anne-Laure Dubruille nous en avertit, cette théorie possède une « dimension tragique » : « hors d’une forme de croyance partagée dans la possibilité de créer à nouveau et de manière singulière malgré et avec l’héritage culturel, rien n’assure le succès du jeu ».

« L’Aigle et le Hibou », que commentent Michèle Rosellini et Brice Tabeling, met également en présence de parents et d’enfants, mais quels parents ! L’un « croque » les petits de l’autre, dans une scène a priori comique et sans dommage, puisqu’il s’agit d’une fable de La Fontaine. En convoquant une lettre de la marquise de Sévigné à sa fille, Michèle Rosellini fait pourtant remarquer que la condition du rire, dans la fable, est que La Fontaine en « élimine le lien maternel ». Brice Tabeling, quant à lui, fait vaciller la scène comique en montrant comment la disparition de l’aigle à la fin de la fable fait « affronter le trouble d’un comique dont la figure qui l’avait fait naître, devient incertaine, suspecte et obscure » : et cependant, les deux saynètes s’achèvent (plutôt) sur le rire – ou sur sa possibilité.

Comédie ou tragédie ? Nous vous laissons juger, en vous remettant avec confiance ce tout petit « lot commun » que représente chaque publication mensuelle !

E. A.

Prochaine conversation critique : un texte de Jacques Derrida

Prochaine saynète : un texte de William Shakespeare

(les textes peuvent nous être adressés jusqu’au 31 janvier 2023)

Conversation critique n°4 : D. W. Winnicott / A.-L. Dubruille

Anne-Laure Dubruille commente un extrait de Jeu et réalité de Donald W. Winnicott (1971) :

J’ai employé le terme d’expérience culturelle en y voyant une extension de l’idée de phénomènes transitionnels et de jeu, mais sans être assuré de pouvoir définir le mot « culture ». En fait, je mets l’accent sur l’expérience. En utilisant le mot de culture, je pense à la tradition dont on hérite. Je pense à quelque chose qui est le lot commun de l’humanité auquel des individus et des groupes peuvent contribuer et d’où chacun de nous pourra tirer quelque chose, si nous avons un lieu où mettre ce que nous trouvons.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°4 : D. W. Winnicott / A.-L. Dubruille »

À venir : conversation critique autour de Jacques Derrida

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 31 janvier 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com 

[…] Si je m’apprête à parler longuement de fantômes, c’est-à-dire de certains autres qui ne sont pas présents, ni présentement vivants, ni à nous ni en nous ni hors de nous, c’est au nom de la justice. De la justice là où elle n’est pas encore, pas encore , là où elle n’est plus, entendons là où elle n’est plus présente, et là où elle ne sera jamais, pas plus que la loi, réductible au droit. Il faut parler du fantôme, voire au fantôme et avec lui, dès lors qu’aucune éthique, aucune politique, révolutionnaire ou non, ne paraît possible et pensable et juste, qui ne reconnaisse à son principe le respect pour ces autres qui ne sont plus ou pour ces autres qui ne sont pas encore , présentement vivants, qu’ils soient déjà morts ou qu’ils ne soient pas encore nés. Aucune justice – ne disons pas aucune loi et encore une fois nous ne parlons pas ici du droit – ne paraît possible ou pensable sans le principe de quelque responsabilité, au-delà de tout présent vivant, dans ce qui disjointe le présent vivant, devant les fantômes de ceux qui ne sont pas encore nés ou qui sont déjà morts, victimes ou non des guerres, des violences politiques ou autres, des exterminations nationalistes, racistes, colonialistes, sexistes ou autres, des oppression de l’impérialisme capitaliste ou de toutes les formes de totalitarisme. Sans cette non-contemporanéité à soi du présent vivant, sans ce qui secrètement le désajuste, sans cette responsabilité et ce respect pour la justice à l’égard de ceux qui ne sont pas là, de ceux qui ne sont plus ou ne sont pas encore présents et vivants, quel sens y aurait-il à poser la question « où ? », « où demain ? » (« whither ? »).

Continuer la lecture de « À venir : conversation critique autour de Jacques Derrida »

Texte support pour la saynète n° 5 : William Shakespeare

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 31 janvier 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Hamlet […] :
Jurez.

Le spectre, sous terre :
Jurez [Ils jurent]

Hamlet
Calme-toi, calme-toi, esprit inquiet. Maintenant, messieurs,
De tout mon cœur je m’en remets à vous
Et tout ce qu’un pauvre homme tel qu’Hamlet
Pourra vous témoigner d’amitié et d’amour,
Vous l’aurez, Dieu aidant. Rentrons ensemble,
Et vous, je vous en prie, bouche cousue.
Le temps est hors de ses gonds. Ô sort maudit
Qui veut que je sois né pour le rejointer !
Allons, rentrons ensemble.

Continuer la lecture de « Texte support pour la saynète n° 5 : William Shakespeare »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search