Lettre n°6 : Résistances

L’extrait de Iouri Olécha donne lieu à trois saynètes qui sont autant de trajets interprétatifs inquiets, trois actes de lecture que, malgré le lyrisme de la formule, je nommerais volontiers résistants. C’est sans doute un élément récurrent de la lecture « transitionnelle » telle que nous la travaillons depuis longtemps dans ce mouvement, mais s’y glisse ce mois-ci un engagement et une intensité singulière.

Benoît Autiquet met à distance sa première lecture sociologique du transfuge de classe, selon laquelle le narrateur voudrait « venger sa race » et se laisse travailler par le texte pour nous faire voir finalement que « la couleur de nos souvenirs d’enfance n’est pas entièrement déterminée par l’appartenance de nos parents à telle ou telle classe sociale ».

Lise Forment et Hélène Merlin-Kajman se débattent toutes deux avec la « boule d’angoisse » dans la gorge que peut susciter la lecture de ce texte. Le mot « héritier » « fonctionne à vide ». À ce « mot qui vrombit à la recherche d’un sens », Hélène Merlin-Kajman oppose ses propres mots et le calme d’une écriture qui se tient devant les ruines, Ecce homo. Lise Forment questionne sa première lecture hantée par une terreur sans nom, laissant courageusement les images intimes et familiales affleurer, elle s’interroge et nous interroge sur la circulation possible des traumas. Mais son geste final, à côté de et tout contre, l’interprétation historique d’un trauma collectif, choisit de réaffirmer l’héritage des liens malgré tout : « Héritiers déshérités, nous ne sommes pas seuls ».

Je suis frappée par cette résistance intérieure et critique à laquelle nous invitent ces trois saynètes qui tiennent à distance des réflexes interprétatifs acquis ou qui – se laissant traverser par des hantises intimes et collectives – choisissent résolument de se situer par rapport à elles.

Se situer, c’est un des enjeux qui résonne également dans la conversation d’André Bayrou analysant l’éloge paradoxal de la cancel culture par Laure Murat. Refusant de s’enferrer dans une réaction polémique ou agressive, il nous propose un formidable pas de côté, s’imaginant avec l’autrice devant l’église Notre-Dame de Dijon, quand un monument et son histoire racontent le feuilletage des temps dont nous sommes peut-être, comme André, « partie prenante » et « spectateur critique ». « Dedans et dehors », dit-il, intranquille toujours. 

T. P.

Prochaine conversation critique : un texte de Michel Deguy

Prochaine saynète : un texte de Jérémie Gindre

(Les textes peuvent nous être adressés jusqu’au 24 mars 2023)

Conversation critique n°6 : A. Bayrou / L. Murat

André Bayrou commente un passage extrait de Qui annule quoi ?, de Laure Murat (2022).

C’est peut-être ici que la réflexion doit porter. Quel est le sens de la monumentalité aujourd’hui ? Et de la monumentalité personnifiée ? Qu’implique-t-elle en termes de hiérarchie, d’échelle et de culte ? Quand l’histoire s’est débarrassée depuis belle lurette de la figure du « héros », qu’elle a envisagé les classes, les groupes, les genres, les paysages, le climat, la culture, les mentalités, l’ego ou la microhistoire, qu’elle s’est faite internationale, mondiale, globale, n’est-il pas temps de traduire, dans l’espace public, les nouvelles préoccupations historiennes et historiques ? Plutôt que d’en rester au culte du grand homme, à la figuration obligatoire de l’homme blanc triomphant, aborder le xxisiècle avec davantage d’imagination ? Et, ce faisant, de renouer un tant soit peu avec le sens de la dialectique ?

Continuer la lecture de « Conversation critique n°6 : A. Bayrou / L. Murat »

Saynète n°6.1 : L. Forment / I. Olécha

Lise Forment commente un extrait de Pas de jour sans une ligne, de Iouri Olecha.

Oh, quelle scène il y eut dans mon enfance ! Tenez, nous revenons du parc avec ma grand-mère, moi d’un côté, ma sœur de l’autre. Ma grand-mère fait comme un triangle gris entre nous. Nous revenons du parc, où les crépuscules ont tant de charme… Voici déjà la rue, voici déjà les bâtiments comme autant de tambours gris.

– Qu’est-ce que c’est ? dit ma grand-mère. Oh là là, qu’est-ce que c’est ?

Continuer la lecture de « Saynète n°6.1 : L. Forment / I. Olécha »

Saynète n°6.2 : H. Merlin-Kajman / I. Olécha

Hélène Merlin-Kajman commente un extrait de Pas de jour sans une ligne, de Iouri Olécha.

Oh, quelle scène il y eut dans mon enfance ! Tenez, nous revenons du parc avec ma grand-mère, moi d’un côté, ma sœur de l’autre. Ma grand-mère fait comme un triangle gris entre nous. Nous revenons du parc, où les crépuscules ont tant de charme… Voici déjà la rue, voici déjà les bâtiments comme autant de tambours gris.

Continuer la lecture de « Saynète n°6.2 : H. Merlin-Kajman / I. Olécha »

Saynète n°6.3 : B. Autiquet / I. Olécha

Benoît Autiquet commente un passage de Pas de jour sans une ligne, de Iouri Olécha.

Oh, quelle scène il y eut dans mon enfance ! Tenez, nous revenons du parc avec ma grand-mère, moi d’un côté, ma sœur de l’autre. Ma grand-mère fait comme un triangle gris entre nous. Nous revenons du parc, où les crépuscules ont tant de charme… Voici déjà la rue, voici déjà les bâtiments comme autant de tambours gris.

– Qu’est-ce que c’est ? dit ma grand-mère. Oh là là, qu’est-ce que c’est ?

Continuer la lecture de « Saynète n°6.3 : B. Autiquet / I. Olécha »

À venir : conversation critique autour de Michel Deguy

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 24 mars 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Naguère, pour saluer le beau livre des Vies minuscules de Pierre Michon, je m’étais étonné que nous ayons les mêmes souvenirs dans la différence des âges, et même des souvenirs mélangeables à ceux de Proust […]. Étrange confusion, tout ce passé passait comme si quelle qu’ait été la génération, numérotable au XXe siècle, la différence repassait tout le temps, en quelque manière la même, celle qui sépare ou séparait le moderne de sa gestion, le néo de son antécédence. Espèce de syncope, crête ou vague de crisis mouvante d’un ancien temps et d’un « rien ne sera plus comme avant », sans coupure franche datable, et repassant tout le temps mais surtout en littérature, en régime romanesque de mémoire, par la médiation de l’art de narration, cicatrisant pour que ces temps se retrouvent plutôt qu’ils ne se disjoignent, de sorte que c’était bien la littérature qui nous faisait largement contemporains. À l’instant donc si je consentais à parler en représentant d’une génération, ce que tout le monde désire pour l’obituaire, je la déterminerais par la contemporanéité de ces deux choses, en disjonction donc, d’une part, ce temps confus que je viens d’évoquer où l’autrefois et le naguère passent l’un dans l’autre, d’autre part, un nouveau qui n’est pas renouveau mais plutôt absorption du présent dans l’arrivage de son futur, qu’on l’appelle fin de l’histoire, ou catastrophe, ou désastre, etc. Génération donc d’enjambements, enjambée, enjambante, de ses deux côtés à la fois, du côté de chez Proust et du côté de l’alarme écologique sur laquelle je terminerai. Mais n’était-ce pas Auschwitz qui selon Adorno disjoignait, disjoncta, et ne cessait de dissocier depuis lors l’avant et l’après, ouvrant une époque où la littérature, l’art, Dichtung, ne pourrait plus ressouder, suturer les deux temps, on va dire les deux temps européens. Or […] ne semble-t-il pas plutôt aujourd’hui, à l’échelle du mondial, worldwide, en américain, ou OMC en acronyme, que c’est le marché mondialisé, c’est-à-dire le capitalisme financier, la révolution informatique et la technologie du vivant qui désamarre décisivement le post du moderne.

Continuer la lecture de « À venir : conversation critique autour de Michel Deguy »

À venir : saynète autour de Jérémie Gindre

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 24 mars 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Des oiseaux criaient dans les vignes. Ce n’étaient pas des piaillements d’oiseaux qui se régalent de raisins mûrs. Ça sonnait comme une attaque imminente, l’appel stridulent de rapaces sûrs de leur force. Peut-être des éperviers.

Continuer la lecture de « À venir : saynète autour de Jérémie Gindre »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search