Lettre n°7 : « Finir par comprendre »

L’actualité du moment peut nous faire réfléchir au temps qui reste. Trop de temps de travail proportionnellement au temps de la vie, lui-même suspendu, sur un autre plan pas si autre, au temps qui resterait au monde avant de finir.

Ce régime de temps très spécial d’un « nouveau qui n’est pas renouveau mais absorption du présent », est exploré par Michel Deguy dans un texte aux mille nuances qui déjoue la déploration et la panique, mais semble tenté par la figure du « voyant », au double sens de ce qui est doué de vision et de ce qui donne l’alerte, à partir de laquelle se justifierait malgré tout un geste de transmission et de partage.

Jérôme David, s’autorisant de la définition du présent comme « écheveau d’étoffes à raccommoder sans cesse » qui sous-tend le propos de Deguy, l’interpelle pour le « chambrer un peu ». Et si, suggère-t-il en se référant à Ernesto De Martino, « la fin du monde » n’était jamais que « la fin d’un monde » ? Et si, pour retrouver un « tout […] qui ne doit pas s’anéantir », au nom duquel transmettre et partager, il fallait faire place aux « êtres autres qu’humains » ? Honneur aux méduses, alors. Et l’amour que proclame pour elles Jérôme David m’a fait penser aux œuvres de l’artiste américain Max Hooper Schneider, présentées au Musée d’Art contemporain de Montpellier en 2021 dans une exposition intitulée Pourrir dans un monde libre, qui scrutaient sans effroi la beauté de ce que pourrait être la vie d’après l’humain.

Continuer la lecture de « Lettre n°7 : « Finir par comprendre » »

Conversation critique n°7 : J. David / M. Deguy

Jérôme David commente un extrait de « Quand sommes-nous ? » de Michel Deguy (2010).

Naguère, pour saluer le beau livre des Vies minuscules de Pierre Michon, je m’étais étonné que nous ayons les mêmes souvenirs dans la différence des âges, et même des souvenirs mélangeables à ceux de Proust […]. Étrange confusion, tout ce passé passait comme si quelle qu’ait été la génération, numérotable au XXe siècle, la différence repassait tout le temps, en quelque manière la même, celle qui sépare ou séparait le moderne de sa gestion, le néo de son antécédence. Espèce de syncope, crête ou vague de crisis mouvante d’un ancien temps et d’un « rien ne sera plus comme avant », sans coupure franche datable, et repassant tout le temps mais surtout en littérature, en régime romanesque de mémoire, par la médiation de l’art de narration, cicatrisant pour que ces temps se retrouvent plutôt qu’ils ne se disjoignent, de sorte que c’était bien la littérature qui nous faisait largement contemporains. À l’instant donc si je consentais à parler en représentant d’une génération, ce que tout le monde désire pour l’obituaire, je la déterminerais par la contemporanéité de ces deux choses, en disjonction donc, d’une part, ce temps confus que je viens d’évoquer où l’autrefois et le naguère passent l’un dans l’autre, d’autre part, un nouveau qui n’est pas renouveau mais plutôt absorption du présent dans l’arrivage de son futur, qu’on l’appelle fin de l’histoire, ou catastrophe, ou désastre, etc. Génération donc d’enjambements, enjambée, enjambante, de ses deux côtés à la fois, du côté de chez Proust et du côté de l’alarme écologique sur laquelle je terminerai. Mais n’était-ce pas Auschwitz qui selon Adorno disjoignait, disjoncta, et ne cessait de dissocier depuis lors l’avant et l’après, ouvrant une époque où la littérature, l’art, Dichtung, ne pourrait plus ressouder, suturer les deux temps, on va dire les deux temps européens. Or […] ne semble-t-il pas plutôt aujourd’hui, à l’échelle du mondial, worldwide, en américain, ou OMC en acronyme, que c’est le marché mondialisé, c’est-à-dire le capitalisme financier, la révolution informatique et la technologie du vivant qui désamarre décisivement le post du moderne.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°7 : J. David / M. Deguy »

Saynète n°7 : A. Leroy / J. Gindre

Augustin Leroy commente un extrait de On a eu du mal, de Jérémie Gindre (2013).

Des oiseaux criaient dans les vignes. Ce n’étaient pas des piaillements d’oiseaux qui se régalent de raisins mûrs. Ça sonnait comme une attaque imminente, l’appel stridulent de rapaces sûrs de leur force. Peut-être des éperviers.

Continuer la lecture de « Saynète n°7 : A. Leroy / J. Gindre »

À venir : saynète autour de Molière

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 28 avril 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

MONSIEUR DIAFOIRUS.

Allons, Thomas, avancez. Faites vos compliments. 

THOMAS DIAFOIRUS est un grand benêt, nouvellement sorti des Écoles, qui fait toutes choses de mauvaise grâce, et à contre-temps.

N’est-ce pas par le père qu’il convient commencer ? 

MONSIEUR DIAFOIRUS.

Oui. 

THOMAS DIAFOIRUS.

Monsieur, je viens saluer, reconnaître, chérir, et révérer en vous un second père ; mais un second père auquel j’ose dire que je me trouve plus redevable qu’au premier. Le premier m’a engendré ; mais vous m’avez choisi. Il m’a reçu par nécessité ; mais vous m’avez accepté par grâce. Ce que je tiens de lui est un ouvrage de son corps ; mais ce que je tiens de vous est un ouvrage de votre volonté ; et d’autant plus que les facultés spirituelles, sont au-dessus des corporelles, d’autant plus je vous dois, et d’autant plus je tiens précieuse cette future filiation, dont je viens aujourd’hui vous rendre par avance les très humbles et très respectueux hommages. 

Continuer la lecture de « À venir : saynète autour de Molière »

À venir : conversation critique autour de Roland Barthes

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 28 avril 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Pendant longtemps, la « langue essentielle » (c’est-à-dire la langue classique, la langue d’écriture) a dominé ; liée à la classe dominante, elle avait une prééminence qui sanctionnait la division des classes => condamnations portées contre le mal-parler et le mal-écrire. Mais aujourd’hui, il y a renversement : le « bien-écrire », entraîné dans la débâcle esthétique de la bourgeoisie, n’est plus « respecté », c’est-à-dire qu’il n’est plus observé (innombrables fautes de français à la Radio) ni aimé => tend à devenir langue très minoritaire et exclue => Notre attitude, notre décision : nous n’avons plus à concevoir l’écrire-classique comme une forme qu’il faut défendre en tant que forme passée, légale, conforme, répressive, etc., mais au contraire comme une forme que le roulement et l’inversion de l’Histoire sont en train de rendre nouvelle ; comme un langage volontairement artificiel, à part – équivalant à la poésie versifiée, aujourd’hui sans doute impossible – ou très difficile : puissance de distancement, acte langagier par lequel on entend signaler qu’on veut échapper à la mauvaise foi de l’universelle communication et à la libido dominandi qui gît, tapie comme un monstre, dans l’Universel Reportage (j’écris ceci le matin du suicide du ministre Boulin, 31 octobre 1979 ) => Autrement dit, nous devons concevoir aujourd’hui l’Écriture Classique comme déliée du Durable, dans lequel elle était embaumée => N’étant plus prise dans le Durable, elle devient Neuve ; ce qui est fragile est toujours nouveau ; il faut la travailler, cette Écriture Classique, afin de manifester le devenir qui est en elle. Rappelons-nous Nietzsche : « Les moyens d’expression du langage sont inutilisables pour dire le “devenir” : il appartient à notre indissoluble besoin de conservation de poser sans cesse un monde plus grossier d’êtres durables, de “choses”, etc.» => « Il n’y a pas de volonté ; il y a des fulgurations de volonté, dont la puissance croît et décroît sans cesse. » C’est, encore une fois, parce que l’écriture littéraire n’est plus durable qu’elle est allégée de son poids conservatif, et peut être pensée activement comme un devenir, quelque chose de léger, d’actif, d’enivrant, de frais : où est le Nouveau, l’Inédit ? Est-ce dans telle phrase de mon journal de ce matin (l’Universel Reportage) ou dans cette phrase écrite, cueillie parmi mille autres dans Chateaubriand (à propos de l’Amérique) : « Tout était éclatant, radieux, doré, opulent, saturé de lumière » ? Où est la diversité du Vivant ? Dans l’écriture, je devrais dire le writing des stéréotypes de l’Actuel, ou dans ce principe du Style (Flaubert, 1854, trente-trois ans) : « Il faut que les phrases s’agitent dans un livre comme les feuilles dans une forêt, toutes dissemblables en leur ressemblance » ?]  

Continuer la lecture de « À venir : conversation critique autour de Roland Barthes »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search