Lettre n° 10 : « Une zone de rencontre concrète »

Comment regarder les textes littéraires que nous enseignons, partageons et commentons ? Comme un papillon que l’on tiendrait entre ses doigts, en tentant de résister à « abîmer ses nuances », selon la belle expression de Sarah Nancy. Dans son observation fine d’un extrait de L’Astrée d’Honoré d’Urfé, elle prête attention à la manière dont le roman fait place « aux erreurs, aux ajustements dans les relations affectives ». Elle porte son regard successivement sur les différents partenaires de la plainte amoureuse, oscillant entre un sentiment d’étrangeté face aux codes amoureux et sociaux, et la familiarité devant l’intensité des émotions singulières qui sont décrites.

La « poursuite d’une singularité qui se manifeste à travers des signes à déchiffrer » serait, selon Italo Calvino, ce qui rapproche l’amoureux du chasseur et le chasseur du critique littéraire, le risque étant de devenir cet enquêteur policier qui soupçonne et traque les motivations coupables. Dans ce texte de Calvino qui nous fait sauter d’un champ disciplinaire à un autre, danser jusqu’au tournis avec une figure puis l’autre, on ne sait plus bien de qui l’on parle : du romancier, du critique littéraire, ou finalement de l’historien. Brice Tabeling donne sens à ce sentiment de tournis, il formalise la démarche de Calvino du côté d’un « raisonnement iconique », proche et en même temps fort différent du modèle que Calvino commente et « parodie », à savoir le texte de Carlo Ginzburg, modèle de « raisonnement indiciaire ». De ce malentendu entre l’écrivain et l’historien, Brice Tabeling tire une analyse forte de la pratique historienne selon Ginzburg, à travers un paradigme indiciaire qui « oblige l’écriture historienne à se maintenir en contact avec la réalité ». Il lui faut chercher et partir d’« un lien matériel entre les deux objets qui se ressemblent, une zone de rencontre concrète », dit-il.

Si, à notre tour (et au risque de produire aussi un raisonnement iconique…) on tente de se rapprocher de ce que nous faisons avec les textes littéraires, on peut s’interroger sur cette zone de rencontre concrète avec eux. L’émotion que Sarah Nancy décrit à la lecture du texte d’Urfé pourrait être une première piste, la situation concrète dans laquelle nous lisons et nous transmettons ces textes une autre. Hélène Merlin-Kajman parlait déjà, dans Lire dans la gueule du loup, de cette zone de contact si délicate avec le texte et de la diversité des liens concrets que l’on peut tisser avec lui, des plus transitionnels aux plus traumatiques, avec d’autres lecteurs. Gageons que le séminaire qui s’ouvre à partir de lundi 9 octobre, qui envisagera des cas pratiques de l’ « hériter », sera l’occasion de relancer la réflexion sur nos propres paradigmes.

T. P.

Prochaine conversation critique : un texte de Mitchell Greenberg

Prochaine saynète : un texte de Vladimir Nabokov

(Les textes peuvent nous être adressés jusqu’au 20 octobre 2023)

Conversation critique n° 10 : B. Tabeling / I. Calvino

Brice Tabeling commente un extrait d’un article d’Italo Calvino : « L’oreille, le chasseur, le potin », paru pour la première fois en janvier 1980.

Dans l’essai de Carlo Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », c’est à un double titre que l’oreille renvoie à l’unicité individuelle : dans la nature, en raison de la variété des pavillons et des lobes ; et dans les tableaux des peintres, parce que chaque artiste a une manière bien à lui de faire les oreilles qui lui vient de manière inconsciente, puisque c’est le genre de détail auquel on ne pense pas. À la galaxie d’oreilles qui ouvre l’essai – avec le jeune Freud qui s’enthousiasme pour la découverte de Morelli – fait pendant, en conclusion, un vertige d’empreintes digitales, avec l’histoire de la découverte de cette véritable écriture de l’individualité et de son utilisation comme méthode de contrôle social généralisé, – d’une coutume bengalaise (à des fins de divination) à son adoption par un fonctionnaire colonial anglais.

Continuer la lecture de « Conversation critique n° 10 : B. Tabeling / I. Calvino »

Saynète 10 : S. Nancy / H. d’Urfé

Sarah Nancy propose une saynète sur un extrait de L’Astrée, d’Honoré d’Urfé.

La plainte de Polémas par laquelle s’ouvre l’extrait, ainsi que la réponse que lui fait Galathée, sont rapportées par celle-ci à Léonide, qu’elle a prise à témoin de son indignation au retour du bal. On entend donc ensuite le commentaire que lui a fait en retour Léonide, qui, elle-même, est en train de raconter l’épisode à son oncle Adamas.

Continuer la lecture de « Saynète 10 : S. Nancy / H. d’Urfé »

À venir : conversation critique autour d’un texte de Mitchell Greenberg

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 20 octobre 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com.

Despite the revolutionary changes in French society during the three hundred years since his death, Racine appears to have spanned the centuries and to have emerged as at once the most familiar and the most alien icon of French culture. In the spirit of a certain polemic, we might even say that Racine stands in the pantheon of French letters as a metaphor for France itself, if by “France” we mean the absolute epitome of an ideal of classical harmony and grace, a poetic equipoise rarely, if ever, matched since its elaboration in the seventeenth century. In his celebrated essay On Racine, Roland Barthes begins by telling us that Racine is “the greatest French writer.” At the same time that he extols Racine as the supreme writer in the French tradition, Barthes claims that the specificity of Racine’s tragic production remains always tantalizingly beyond the reach of any critical idiom that would, by appropriating it, undermine its seduction. What is particularly Racinian escapes any univocal interpretation. Paradoxically, Barthes tells us, Racine is France’s matchless dramatist because the Racinian text is “an empty critical cipher,” “a blank space, eternally offering itself to interpretation.” It is precisely the classical harmony, the seeming transparency of his tragic verse that, ironically, makes of Racine an object open and yet resistant to almost any critical discourse one could apply to him.

Continuer la lecture de « À venir : conversation critique autour d’un texte de Mitchell Greenberg »

À venir : saynète autour de V. Nabokov

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 20 octobre 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Les journaux pronostiquèrent que l’été encore jeune serait extrêmement chaud, et il y eut en effet une longue ligne pointillée de beaux jours, interrompue de temps à autre par l’interjection d’un orage. Le matin, tandis que Zina dépérissait dans la chaleur nauséabonde du bureau (les aisselles de Hamekke suffisaient amplement… sans parler des cous des dactylos qui fondaient comme de la cire, la noirceur collante du papier carbone), Fiodor allait passer toute la journée dans le Grünewald, abandonnant ses leçons et tâchant de ne pas penser au paiement de sa chambre qui était dû depuis longtemps. Auparavant, il ne s’était jamais levé à sept heures, ça aurait semblé monstrueux, mais maintenant, dans la nouvelle lumière de la vie (dans laquelle se mélangeaient d’une certaine façon le mûrissement  de son don, une prémonition de nouveaux labeurs et l’approche d’un bonheur complet avec Zina), il éprouvait un plaisir direct dans la rapidité et la légèreté de ces levers matinaux, dans cette explosion de mouvement, dans l’idéale simplicité de s’habiller en trois secondes : chemise, pantalon et espadrilles – après quoi il se mettait un plaid sous le bras, son maillot enroulé dedans, fourrait en passant le vestibule une orange et un sandwich dans ses poches et se précipitait déjà dans les escaliers.

Continuer la lecture de « À venir : saynète autour de V. Nabokov »

Séminaire 2023-2024 : présentation et programme

« Hériter ?  » : cas pratiques en littérature

Dans le prolongement des réflexions menées en 2022-2023 en vue de la préparation du colloque de Transitions qui se tiendra du 7 au 9 mars 2024 à la Sorbonne Nouvelle sur le thème Hériter ?, nous reconduirons la réflexion sur les manières actives de recevoir un héritage intellectuel, mais cette fois en considérant des cas pratiques liés à la discipline « littérature ».

Les séances auront lieu le lundi soir, de 18h00-20h15 sur le campus Nation. Elles seront suivies d’un pot convivial.

Continuer la lecture de « Séminaire 2023-2024 : présentation et programme »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search