Lettre n°11 : “On edge”

Les deux textes publiés en ce mois d’octobre n’engagent pas directement la chape de plomb qui s’est abattue en France ces dernières semaines, à la suite du massacre survenu en Israël, de ses développements sanglants à Gaza et de l’assassinat d’un professeur de Lettres à Arras. Mais il est difficile de ne pas percevoir à quel point ils y sont reliés, à quel point ces événements se tiennent en bordure – poussant, enserrant, pressant – de ce qu’ils tentent de dire et de penser.

Ce rapport excentré à l’actualité ne prétend pas faire modèle – ô combien me semble à l’inverse nécessaire un abord direct, collectif et politique, de ce qui nous arrive ! –, mais il offre une ressource envisageable qui est étroitement liée à la littérature. Je ne commenterai pas outre mesure mon propre texte autour d’un extrait du Don de Nabokov, sinon pour dire que la figure du bonheur que j’y aperçois, une figure narrative et stylistique, me semble proposer un lieu habitable entre abandon aux événements du monde et leur oubli individualiste.

Le texte de Lise Forment se termine sur une allusion aux drames actuels au Proche-Orient, mais la question de notre rapport actuel au tragique traverse l’ensemble de son commentaire d’un passage de l’ouvrage Racine. From Ancient Myth to Modern Tragedy que Mitchell Greenberg a consacré au théâtre racinien. Le propos porte sur l’écriture classique. Guidée par les analyses décapantes du critique américain, Lise Forment souligne comment le tragique de Racine, loin de reposer sur « la simple virtuosité poétique ou dramaturgique », se joue d’abord dans le « corps à corps » entre le spectateur et ce qui se passe sur scène ; ce corps à corps peut s’appréhender, comme le fait Mitchell Greenberg, à travers la « charge érotique » ou l’« interprétation psychanalytique » de la représentation racinienne, mais l’essentiel semble bien plutôt d’identifier, non pas sa matière, mais le positionnement réciproque des corps mis en présence, la chorégraphie à laquelle ce théâtre nous oblige : c’est là que se concrétise la décision critique, selon que l’on défend une distance infinie (approche objectivante et historisante) ou, à l’inverse, infime (approche cérémonielle et sacrificielle du théâtre racinien), ou encore, comme le suggère Lise Forment, une relation à la frontière, « sur les bords de mon corps, sensible, souvent on edge ». Telle serait, en somme, le sens de la « disponibilité » classique qui nous permet d’éprouver à travers la tragédie d’Esther, de Joas ou d’Athalie celle qui est en cours au Proche-Orient : non pas pour les rabattre absurdement l’une sur l’autre (entrechoquant passions contre passions, trauma contre trauma), mais pour apercevoir, dans le jeu entre la tension de notre sensibilité et celle du langage et des corps classiques, le fil qui nous relie – au passé, au présent, à la souffrance de l’autre.   

Lise Forment, maître de conférence à l’Université de Pau et des pays de l’Adour (UPPA) et auteure d’une thèse sur le post-classicisme, animera le 13 novembre dans le cadre du séminaire de Transitions une discussion autour du thème : « Comment hériter du XVIIe siècle ? Réflexions sur les Classiques à partir des travaux de Mitchell Greenberg et d’Hélène Merlin-Kajman. »

Bonne lecture !

B. T.

Prochaine saynète : un texte d’Hermann Melville.

Prochaine conversation critique : un texte de Gilles Deleuze et de Félix Guattari.

A venir : conversation critique autour d’un texte de Gilles Deleuze et Félix Guattari

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 25 novembre 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com.

Un livre n’a pas d’objet ni de sujet, il est fait de matières diversement formées, de dates et de vitesses très différentes. Dès qu’on attribue le livre à un sujet, on néglige ce travail des matières, et l’extériorité de leurs relations. On fabrique un bon Dieu pour des mouvements géologiques. Dans un livre comme dans toute chose, il y a des lignes d’articulation ou de segmentarité, des strates, des territorialités ; mais aussi des lignes de fuite, des mouvements de déterritorialisation et de déstratification. Les vitesses comparées d’écoulement d’après ces lignes entraînent des phénomènes de retard relatif, de viscosité, ou au contraire de précipitation et de rupture. Tout cela, les lignes et les vitesses mesurables, constitue un agencement. Un livre est un tel agencement, comme tel inattribuable. C’est une multiplicité – mais on ne sait pas encore ce que le multiple implique quand il cesse d’être attribué, c’est-à-dire quand il est élevé à l’état de substantif. Un agencement machinique est tourné vers les strates qui en font sans doute une sorte d’organisme, ou bien une totalité signifiante, ou bien une détermination attribuable à un sujet, mais non moins vers un corps sans organes qui ne cesse de défaire l’organisme, de faire passer et circuler des particules asignifiantes, intensités pures, et de s’attribuer les sujets auxquels il ne laisse plus qu’un nom comme trace d’une intensité. Quel est le corps sans organes d’un livre ? Il y en a plusieurs, d’après la nature des lignes considérées, d’après leur teneur ou leur densité propre, d’après leur possibilité de convergence sur un « plan de consistance », qui en assure la sélection. Là comme ailleurs, l’essentiel, ce sont les unités de mesure : quantifier l’écriture. Il n’y a pas de différence entre ce dont un livre parle et la manière dont il est fait. Un livre n’a donc pas davantage d’objet. En tant qu’agencement, il est seulement lui-même en connexion avec d’autres agencements, par rapport à d’autres corps sans organes. On ne demandera jamais ce que veut dire un livre, signifié ou signifiant, on ne cherchera rien à comprendre dans un livre, on se demandera avec quoi il fonctionne, en connexion de quoi il fait ou non passer des intensités, dans quelles multiplicités il introduit et métamorphose la sienne, avec quels corps sans organes il fait lui-même converger le sien. Un livre n’existe que par le dehors et au-dehors. Ainsi, un livre étant lui-même une petite machine, dans quel rapport à son tour mesurable cette machine littéraire est-elle avec une machine de guerre, une machine d’amour, une machine révolutionnaire, etc. – et avec une machine abstraite qui les entraîne ? On nous a reproché d’invoquer trop souvent des littérateurs. Mais la seule question quand on écrit, c’est de savoir avec quelle autre machine la machine littéraire peut être branchée, et doit être branchée pour fonctionner. Kleist et une folle machine de guerre, Kafka et une machine bureaucratique inouïe… (et si l’on devenait animal ou végétal par littérature, ce qui ne veut certes pas dire littérairement ? ne serait-ce pas d’abord par la voix qu’on devient animal ?). La littérature est un agencement, elle n’a rien à voir avec de l’idéologie, il n’y a pas et il n’y a jamais eu d’idéologie.

Continuer la lecture de « A venir : conversation critique autour d’un texte de Gilles Deleuze et Félix Guattari »

A venir : saynète autour d’Hermann Melville

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 25 novembre 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Oui, Billy Budd était un enfant trouvé, de la main gauche sans doute et, de toute évidence, point de basse extraction. La noblesse de son lignage était aussi manifeste chez lui que chez un pur-sang.

Continuer la lecture de « A venir : saynète autour d’Hermann Melville »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search