Lettre n°15 : Liberté et beauté

Les 7, 8, 9 mars prochains, dans quelques jours donc au moment de cette publication, Transitions organise un colloque intitulé « Hériter ? », conçu et réalisé par Hélène Merlin-Kajman, Augustin Leroy et Tiphaine Pocquet. Comme le souligne l’argument proposé à la discussion, la réflexion sur les héritages culturels s’attache plus particulièrement à notre liberté à leur égard, « liberté d’y choisir ce qui nous importe, de les modifier pour les relancer, de nous retourner contre certains d’entre eux ».

Une telle liberté s’est notamment exercée à travers des formes d’écriture nouvelles que, depuis 2011, ont pratiquées plus d’une centaine de contributeurs à travers le monde (voir le livre publié aux éditions Ithaque sous la direction d’Hélène Merlin-Kajman et de Jérôme David, Transitions : une aventure critique (2011-2022)) et dont notre site, aujourd’hui encore, accueille les productions ; ainsi des « saynètes » et des « conversations critiques » qui constituent cette livraison. La très belle saynète de Laurent Thirouin autour de l’incroyable sonnet 6 des Regrets de Joachim du Bellay est, à cet égard, exemplaire du souci, propre à cette forme, d’animer la lecture experte par l’énergie vivante de notre actualité subjective, de la rythmer au pas de notre liberté de lecteur. Elle est un moyen privilégié, me semble-t-il, pour accueillir et partager l’événement de la beauté, le choc sensible de son évidence, comme on le verra à l’occasion du commentaire du dernier vers du sonnet, « le plus beau vers de la Renaissance française », selon François Cornilliat. Je veux croire, en prolongeant (oh, si légèrement !) l’hypothèse sur le beau que je propose dans ma conversation critique autour d’un passage de L’Histoire naturelle de l’esthétique de Lorenzo Bartalesi, que même l’australopithèque du Pilocène n’y aurait pas été insensible.   

Bonne lecture !

B. T.

L’ensemble des informations relatives  au colloque (programme, liens zoom etc.) se trouvent ici.

Prochaine saynète autour d’un extrait de l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil, de Jean de Léry.

Prochaine conversation critique autour d’un extrait La Volonté de changer. Les hommes, la masculinité et l’amour de bell hooks.

Vos textes peuvent nous être envoyés jusqu’au 30 mars 2024.

Saynète n°15 : L. Thirouin / J. du Bellay

Laurent Thirouin commente le sonnet 6 des Regrets de Joachim du Bellay.

Las, où est maintenant ce mépris de Fortune ?
Où est ce cœur vainqueur de toute adversité,
Cet honnête désir de l’immortalité,
Et cette honnête flamme au peuple non commune ?

Continuer la lecture de « Saynète n°15 : L. Thirouin / J. du Bellay »

À venir : conversation critique autour de bell hooks

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 30 mars 2024 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com.

Dans notre société, la plupart des gens cherchent à nier cette banale vérité patriarcale. Chaque fois que des penseuses, en particulier des penseuses féministes, abordent le problème de la violence masculine généralisée, les gens ont envie de se lever pour faire valoir que la plupart des hommes ne sont pas violents. Ils refusent de reconnaître que des millions d’hommes et de garçons sont programmés dès leur naissance pour croire qu’à un moment donné, il leur faudra recourir à la violence, psychologique ou physique, afin de prouver qu’ils sont des hommes. À cet endoctrinement précoce qui leur inculque la pensée patriarcale, Terrence Real donne le nom de « traumatisation normale » des garçons :

Continuer la lecture de « À venir : conversation critique autour de bell hooks »

À venir : saynète autour de Jean de Léry

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 30 mars 2024 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com.

Ce n’est pas qu’ils n’ayent d’autres sortes de serpens, et principalement dans les rivieres où il s’en trouve de longs et desliez, aussi verts que porrées, la piqueure desquels est fort venimeuse : mais aussi par le recit suyvant vous pourrez entendre qu’outre ces Toüous dont j’ay tantost parlé, il se trouve par les bois une espece d’autres gros lezards qui sont tres-dangereux.

Continuer la lecture de « À venir : saynète autour de Jean de Léry »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search