Conversation critique n°18 : B. Autiquet / D. Salas

Benoît Autiquet propose sa lecture d’un extrait de l’ouvrage de Denis Salas, Le Déni du viol. Essai de justice narrative (2023).

Lisons la lettre à un procureur d’une femme victime étant enfant d’un abus sexuel. Elle demande un peu naïvement un « acte juridique quel qu’il soit » de nature à lui venir en aide. Un policier est chargé de l’entendre. Cette audition satisfait son besoin d’un récit « officiel » en lui permettant de déposer son fardeau. Entendu comme témoin, l’agresseur qu’elle désigne se retranche derrière la prescription, refuse toute confrontation et menace de déposer plainte en diffamation. Un mur est devant elle. Impossible d’aller plus loin. Un classement sans suite suivra. Mais « ce fut un moment essentiel dans mon chemin : la première fois que je m’exprimais officiellement ; j’avais été entendue, considérée. » Cette femme a usé de la force du droit. Elle a fait connaître son pouvoir d’agir. En contraignant son adversaire à prendre un avocat pour se défendre, elle l’a placé sur son terrain. Elle ne veut pas forcément qu’il aille en prison mais qu’il soit informé de sa plainte, qu’il se départisse de sa suffisance, qu’il soit gagné par une inquiétude substantielle. Malgré ce poids sur ses épaules, elle se redresse. Elle trouve la force de tordre le mal dans l’autre sens. Cette reconnaissance lui restitue sa capacité perdue. C’est un peu comme si le prédateur qui se croyait à l’abri était pris à parti par sa victime. L’ancien rapport de force plie devant le rapport de droit qu’elle instaure. Et surtout en mobilisant la force autorisée de la loi, le magistrat l’aide. Le face-à-face avec un policier place cet homme devant la loi. Cette volonté d’écoute a quelque chose d’inaugural : la plainte est entendue pour la première fois. Ma souffrance, reconnaît-elle, a trouvé une issue. Je n’imaginerai plus sur les lèvres de mon agresseur un oubli méprisant. Il saura désormais que j’ai eu le dernier mot, que la société rend raison à défaut de me rendre justice.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°18 : B. Autiquet / D. Salas »

Lettre n°14 : Hériter des hiérarchies

Les textes que nous commentons dans cette livraison ont un point commun : ils posent tous deux la question de la transmission actuelle des hiérarchies qui structuraient jadis la société des ancêtres. Neil Kenny, commentant le statut du terme de « race » chez Montaigne, qui désigne sous sa plume l’élite des êtres humains, souligne que l’essayiste, s’il n’est pas indifférent à l’idée d’appartenir à une « race fameuse en preud’homie », insiste cependant sur « la singularité de l’individu, en son autonomie, et en son for intérieur ». De cette autonomie, on peut tirer une leçon historique : je suggère qu’une telle manière de percevoir le rapport aux ancêtres est liée à l’épanouissement, à la fin du XVIe siècle, d’un nouveau « public », constitué par une « société de particuliers » (Hélène Merlin-Kajman) dans le domaine des « belles-lettres ». André Bayrou, quant à lui, envisage la possibilité d’une « transposition » de l’attitude montaignienne vis-à-vis de la lignée aristocratique à la question actuelle de la « race », et des débats autour du « racisme systémique ». Dans un contexte où les affirmations tendent à se raidir, l’auteur des Essais ne nous permettrait-il pas d’envisager une distance individuelle par rapport aux assignations raciales qui « nous amène[nt] à jouer des personnages trop étroits, trop attendus et si peu variés » ? Deux hypothèses, l’une à propos du passé et l’autre pour le présent, qui envisagent la possibilité d’assouplir les ordres sociaux dont on hérite.

De son côté, Guido Furci commente un texte du Rouge et le Noir dans lequel Mathilde, au bal, se fait un « bon mot » à elle-même : alors qu’un « marquis de Croisenois », qui ne l’intéresse guère malgré son esprit, cherche à la séduire par sa conversation, elle se dit, voyant passer le comte Altamira, « condamné à mort dans son pays » : « Je ne vois que la condamnation à la mort qui distingue un homme ». La valeur du comte, plus grande que celle du marquis, ne tient pas à son titre, mais à son infâmie ; si bien que la question de Mathilde adressée au marquis, « Connaissez-vous le comte Altamira ? », pourrait être aussi bien, suggère Guido Furci, adressée au lecteur lui-même. Nouvelle manière de souligner la capacité du texte littéraire à remettre en jeu les grandeurs instituées et transmises

B. A.

Prochaine conversation critique autour d’un passage de L’Histoire naturelle de l’esthétique de Lorenzo Bartalesi.

Prochaine saynète autour du sonnet 6 des Regrets de Joachim du Bellay.

Vos textes peuvent nous être envoyés jusqu’au 24 février 2024

Conversation critique n° 14.2 : B. Autiquet / N. Kenny

Benoît Autiquet commente l’extrait d’un récent article de Neil Kenny sur « La race chez Montaigne ».

Que désigne alors le terme de « race » sous la plume de Montaigne ? Le plus souvent, des groupes humains dans sa propre société, et souvent (mais pas toujours) des élites. Plus précisément, ce terme renvoie souvent en réalité à l’acte de désigner ces groupes comme tels. Pour Montaigne, utiliser le terme de race, c’est désigner moins un classement que la tentative d’instituer un classement – ou encore c’est mettre en question une telle tentative, comme nous le verrons.

Continuer la lecture de « Conversation critique n° 14.2 : B. Autiquet / N. Kenny »

Saynète n°6.3 : B. Autiquet / I. Olécha

Benoît Autiquet commente un passage de Pas de jour sans une ligne, de Iouri Olécha.

Oh, quelle scène il y eut dans mon enfance ! Tenez, nous revenons du parc avec ma grand-mère, moi d’un côté, ma sœur de l’autre. Ma grand-mère fait comme un triangle gris entre nous. Nous revenons du parc, où les crépuscules ont tant de charme… Voici déjà la rue, voici déjà les bâtiments comme autant de tambours gris.

– Qu’est-ce que c’est ? dit ma grand-mère. Oh là là, qu’est-ce que c’est ?

Continuer la lecture de « Saynète n°6.3 : B. Autiquet / I. Olécha »

Conversation critique n°3 : P. Bourdieu / B. Autiquet

Benoît Autiquet commente un extrait de La Misère du monde de Pierre Bourdieu (1993).

Au début du chapitre de La Misère du monde intitulé « Les contradictions de l’héritage », Pierre Bourdieu précise en note : « J’ai dû privilégier, tout au long de cette analyse, le cas du fils, réservant pour une autre occasion, l’examen des variations du rapport de succession selon le sexe des parents et des enfants ». Comme le suggère la fin de la phrase et comme on va le voir dans le texte suivant, ce n’est pas seulement le cas du fils, mais aussi l’héritage du père, qui est ici privilégié.

De tous les drames et les conflits, à la fois intérieurs et extérieurs, et liés autant à l’ascension qu’au déclin, qui résultent des contradictions de la succession, le plus inattendu est sans doute le déchirement qui naît de l’expérience de la réussite comme échec ou, mieux, comme transgression : plus tu réussis (c’est-à-dire plus tu accomplis la volonté paternelle de te voir réussir), plus tu échoues, plus tu tues ton père, plus tu te sépares de lui ; et inversement, plus tu échoues (faisant ainsi la volonté inconsciente du père qui peut vouloir totalement son propre reniement, au sens actif), plus tu réussis. Comme si la disposition du père incarnait une limite à ne pas dépasser, qui, intériorisée, est devenue une sorte d’interdit de différer, de se distinguer, de renier, de rompre.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°3 : P. Bourdieu / B. Autiquet »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search