Conversation critique n°17 : B. Tabeling / M. Dupas

Brice Tabeling propose une conversation critique autour d’un extrait du livre de Matthieu Dupas, La Galanterie comme mode de vie. Amour, civilité, mariage dans Mélite ou Les Fausses Lettres de Pierre Corneille.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°17 : B. Tabeling / M. Dupas »

Lettre n°16 : un (gros) lézard

Le personnage principal de cette livraison d’avril est un lézard. Il est très grand, de couleur blanchâtre, a les yeux étincelants. Jean de Léry le croise une première fois en 1557 au Brésil. On le retrouve, bien des années plus tard, dans la saynète d’Eva Avian; il est contemplatif, comique, rêveur, et dissimule un mystère. Hélène Merlin-Kajman l’aperçoit également, se demande s’il n’est pas un crocodile. Puis, il se métamorphose à nouveau : dans une nouvelle conversation critique autour du texte de Lorenzo Bartalesi, L’Histoire naturelle de l’esthétique, Hélène Merlin-Kajman en fait le point d’appui d’un retour sur la question du sentiment esthétique animal. Ce lézard est un caméléon. Il traverse les siècles. Où est-il aujourd’hui ? Dans votre salle à manger? Caché dans le creux de nos oreillers ? N’hésitez pas à nous contacter si vous l’apercevez.

Sarah Nancy s’attache à un extrait de La Volonté de changer de bell hooks. Sa conversation critique y cherche un chemin pour construire du commun dans ce « double champ de “massacre” où les victimes de la violence masculine se mêlent [à des] hommes “estropiés”, “mutilés”» de leur sensibilité. Son parcours est difficile, sinueux, courageux. Un lézard, quoique vif acrobate, ne s’y risquerait pas (mais ce n’est qu’un lézard).

Bonne lecture !

BT

Prochaine conversation critique autour d’un extrait du livre de Matthieu Dupas, La Galanterie comme mode de vie.

Prochaine saynète autour d’un passage du Menteur de Corneille.

Lettre n°13 : Situer pour hériter

Victor Hugo, Honoré de Balzac et, indirectement, Jean de La Fontaine, tels sont les trois noms qui occupent notre première livraison de 2024 : Augustin Leroy présente un commentaire d’un poème tiré de L’Art d’être grand-père, Michèle Rosellini s’attache à un passage du Cousin Pons, que Balzac, dans sa publication en feuilleton de 1847, rattache explicitement à la fable des « Deux Pigeons » de La Fontaine.

Pour Augustin Leroy, comme pour Michèle Rosellini, un des enjeux important est de situer leur lecture : aux coordonnées esthétiques et historiques issues des savoirs critiques dont se nourrit leur commentaire, s’ajoutent, pour le premier, les coordonnées politiques des dégâts que le fantasme de l’innocence de l’enfance, largement encouragé par le romantisme hugolien, a pu produire et, pour la seconde, les coordonnées éthiques d’une lecture tentant de se soustraire à la satire qui accable les personnages de Pons et de Schmucke. Le degré d’exposition de ces coordonnées varie, mais il est, dans ces deux saynètes, largement suffisant pour mesurer la différence entre cette pratique du savoir et celle que prône, sur le modèle des sciences à paradigme, le sociologue Bernard Lahire, dans un extrait de L’Esprit sociologique que je commente.

Ces trois textes mettent en jeu, à de multiples niveaux, la question de l’héritage : celui de Pierre Bourdieu chez Bernard Lahire, celui de La Fontaine chez Balzac, puis de Balzac pour Michèle Rosellini, celui de Hugo pour Augustin Leroy. Or il apparaît, à la lecture de cette livraison, que cette question, dans sa complexité et son ambivalence, est étroitement liée aux pratiques qui acceptent de situer leurs savoirs, et qu’elle perd son sens et ses enjeux dès lors qu’elle est abandonnée aux règles d’une progressivité cumulative des connaissances. De là, cette hypothèse : dans les pratiques savantes, la prise en charge de ce dont nous héritons impliquerait toujours l’exposition du lieu et du temps d’où nous parlons, notre exposition.

Le séminaire du 15 janvier poursuivra ces interrogations : il sera animé par Eva Avian et Augustin Leroy, et s’intitule : « La Fontaine et Hugo : pour une lecture “mineure” et transitionnelle d’œuvres “majeures” ».

Nous vous souhaitons une agréable lecture et une très bonne année 2024 !

B. T.  

Prochaine conversation critique : un extrait d’un article de Neil Kenny autour de Montaigne.

Prochaine saynète : un passage du Rouge et le Noir de Stendhal.

Vos textes peuvent nous être envoyés jusqu’au 28 janvier.

Conversation critique n° 10 : B. Tabeling / I. Calvino

Brice Tabeling commente un extrait d’un article d’Italo Calvino : « L’oreille, le chasseur, le potin », paru pour la première fois en janvier 1980.

Dans l’essai de Carlo Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », c’est à un double titre que l’oreille renvoie à l’unicité individuelle : dans la nature, en raison de la variété des pavillons et des lobes ; et dans les tableaux des peintres, parce que chaque artiste a une manière bien à lui de faire les oreilles qui lui vient de manière inconsciente, puisque c’est le genre de détail auquel on ne pense pas. À la galaxie d’oreilles qui ouvre l’essai – avec le jeune Freud qui s’enthousiasme pour la découverte de Morelli – fait pendant, en conclusion, un vertige d’empreintes digitales, avec l’histoire de la découverte de cette véritable écriture de l’individualité et de son utilisation comme méthode de contrôle social généralisé, – d’une coutume bengalaise (à des fins de divination) à son adoption par un fonctionnaire colonial anglais.

Continuer la lecture de « Conversation critique n° 10 : B. Tabeling / I. Calvino »

Lettre n°8 : Sauver Thomas

Peut-on sauver Thomas Diafoirus, ce « grand benêt, nouvellement sorti des Écoles, qui fait toutes choses de mauvaise grâce, et à contre-temps » que Molière, dans Le Malade imaginaire, propose comme époux à Angélique (ou à sa belle-mère; ce n’est, pour le pauvre garçon, pas très clair) ? Et le faut-il ?

Ni l’une ni l’autre de ces deux questions n’ont une réponse simple. Face à Thomas, comme le souligne Hélène Merlin-Kajman, on hésite entre « le secouer comme un prunier » et  « lui tordre le cou ». La première solution reconnait la responsabilité du père, M. Diafoirus, dont les principes éducatifs fondés sur une transmission à la fois bornée et brutale de la tradition semblent avoir, nous dit Matthieu Dupas, « écrasé le développement du jeune homme ». Le secouer donc, pour l’encourager à se « révolter », à « prendre la tangente » et à « fumer un joint ». La seconde fait place à « la menace » sensible que, face à la famille d’Angélique et aux spectateurs, le personnage diffuse. Car les espoirs sinistres du père ont été dépassés : le fils excelle aujourd’hui dans l’usage de son pouvoir de dominant et n’hésitera pas un instant à exercer avec violence ce qu’il estime être ses prérogatives, notamment violer sa future épouse. Lui tordre le cou alors, pour parer à l’horreur de la domination à venir.

Néanmoins, s’ils varient dans leur positionnement au sein de cette alternative (Matthieu Dupas plus près de la secousse encourageante, Hélène Merlin-Kajman plus proche de la torsion excédée), les deux auteurs optent l’un et l’autre pour un pas de côté qui abandonne momentanément Thomas à sa statue de Memnon (à l’évidence, un substitut maternel, son doudou) pour s’attacher à la question des formes dont il hérite. Car cette scène du Malade imaginaire présente aussi, et peut-être surtout, le problème de la persistance d’une tradition rhétorique et scolastique au sein d’une actualité galante et civile. C’est ce décalage temporel dans les formes qui fonde partiellement le comique de la scène. Thomas serait, de ce point de vue, une pure rémanence, « persistance d’un état après la disparition de sa cause », ou, comme le suggèrent nos deux auteurs, une hystérèse. Matthieu Dupas s’appuie alors sur Jean-Paul Sartre; Hélène Merlin-Kajman sur le travail de Claire Badiou-Monferran, auquel j’emprunte également le terme de « rémanence » et autour duquel s’articulera en partie la huitième séance du séminaire, le mercredi 10 mai, intitulée « Hériter des formes ».

Alors, l’alternative initiale peut se reformuler : dans cette forme héritée et rémanente qu’est Thomas, y a-t-il du nouveau, y a-t-il quelque chose qui serait susceptible de le libérer, et nous avec, de la reproduction du même ? Y a-t-il, comme l’exprime Roland Barthes dans un passage de La Préparation du roman que je commente, du « vivant » ? Barthes estime que même les formes les plus marquées par l’idéologie de leur contexte d’apparition ou de leur usage sont susceptibles, à la suite de l’action des processus historiques, de redevenir « neuves ». Pour Matthieu Dupas, la rémanence-Thomas incorpore également une projection vers l’avenir : le personnage « anticipe l’individu des temps modernes qui, ne pouvant se contenter de naître, doit réussir par son travail ». Pour Hélène Merlin-Kajman, c’est l’écriture moliéresque qui, faisant « tourner à une vitesse étourdissante » l’ensemble des positions face à Thomas (le rire, la pitié, la colère), charge cette rémanence du présent de notre rire. Par là, l’un et l’autre parviennent, me semble-t-il, à sauver Thomas.

B. T.

Prochaine conversation critique : sur un texte de Marc Bloch

Prochaine saynète : sur Horace, IV, 5 de Corneille

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search