À venir : saynète autour de V. Nabokov

Votre saynète peut nous être adressée jusqu’au 20 octobre 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Les journaux pronostiquèrent que l’été encore jeune serait extrêmement chaud, et il y eut en effet une longue ligne pointillée de beaux jours, interrompue de temps à autre par l’interjection d’un orage. Le matin, tandis que Zina dépérissait dans la chaleur nauséabonde du bureau (les aisselles de Hamekke suffisaient amplement… sans parler des cous des dactylos qui fondaient comme de la cire, la noirceur collante du papier carbone), Fiodor allait passer toute la journée dans le Grünewald, abandonnant ses leçons et tâchant de ne pas penser au paiement de sa chambre qui était dû depuis longtemps. Auparavant, il ne s’était jamais levé à sept heures, ça aurait semblé monstrueux, mais maintenant, dans la nouvelle lumière de la vie (dans laquelle se mélangeaient d’une certaine façon le mûrissement  de son don, une prémonition de nouveaux labeurs et l’approche d’un bonheur complet avec Zina), il éprouvait un plaisir direct dans la rapidité et la légèreté de ces levers matinaux, dans cette explosion de mouvement, dans l’idéale simplicité de s’habiller en trois secondes : chemise, pantalon et espadrilles – après quoi il se mettait un plaid sous le bras, son maillot enroulé dedans, fourrait en passant le vestibule une orange et un sandwich dans ses poches et se précipitait déjà dans les escaliers.

Continuer la lecture de « À venir : saynète autour de V. Nabokov »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search