Conversation critique n°7 : J. David / M. Deguy

Jérôme David commente un extrait de « Quand sommes-nous ? » de Michel Deguy (2010).

Naguère, pour saluer le beau livre des Vies minuscules de Pierre Michon, je m’étais étonné que nous ayons les mêmes souvenirs dans la différence des âges, et même des souvenirs mélangeables à ceux de Proust […]. Étrange confusion, tout ce passé passait comme si quelle qu’ait été la génération, numérotable au XXe siècle, la différence repassait tout le temps, en quelque manière la même, celle qui sépare ou séparait le moderne de sa gestion, le néo de son antécédence. Espèce de syncope, crête ou vague de crisis mouvante d’un ancien temps et d’un « rien ne sera plus comme avant », sans coupure franche datable, et repassant tout le temps mais surtout en littérature, en régime romanesque de mémoire, par la médiation de l’art de narration, cicatrisant pour que ces temps se retrouvent plutôt qu’ils ne se disjoignent, de sorte que c’était bien la littérature qui nous faisait largement contemporains. À l’instant donc si je consentais à parler en représentant d’une génération, ce que tout le monde désire pour l’obituaire, je la déterminerais par la contemporanéité de ces deux choses, en disjonction donc, d’une part, ce temps confus que je viens d’évoquer où l’autrefois et le naguère passent l’un dans l’autre, d’autre part, un nouveau qui n’est pas renouveau mais plutôt absorption du présent dans l’arrivage de son futur, qu’on l’appelle fin de l’histoire, ou catastrophe, ou désastre, etc. Génération donc d’enjambements, enjambée, enjambante, de ses deux côtés à la fois, du côté de chez Proust et du côté de l’alarme écologique sur laquelle je terminerai. Mais n’était-ce pas Auschwitz qui selon Adorno disjoignait, disjoncta, et ne cessait de dissocier depuis lors l’avant et l’après, ouvrant une époque où la littérature, l’art, Dichtung, ne pourrait plus ressouder, suturer les deux temps, on va dire les deux temps européens. Or […] ne semble-t-il pas plutôt aujourd’hui, à l’échelle du mondial, worldwide, en américain, ou OMC en acronyme, que c’est le marché mondialisé, c’est-à-dire le capitalisme financier, la révolution informatique et la technologie du vivant qui désamarre décisivement le post du moderne.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°7 : J. David / M. Deguy »

À venir : conversation critique autour de Michel Deguy

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 24 mars 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Naguère, pour saluer le beau livre des Vies minuscules de Pierre Michon, je m’étais étonné que nous ayons les mêmes souvenirs dans la différence des âges, et même des souvenirs mélangeables à ceux de Proust […]. Étrange confusion, tout ce passé passait comme si quelle qu’ait été la génération, numérotable au XXe siècle, la différence repassait tout le temps, en quelque manière la même, celle qui sépare ou séparait le moderne de sa gestion, le néo de son antécédence. Espèce de syncope, crête ou vague de crisis mouvante d’un ancien temps et d’un « rien ne sera plus comme avant », sans coupure franche datable, et repassant tout le temps mais surtout en littérature, en régime romanesque de mémoire, par la médiation de l’art de narration, cicatrisant pour que ces temps se retrouvent plutôt qu’ils ne se disjoignent, de sorte que c’était bien la littérature qui nous faisait largement contemporains. À l’instant donc si je consentais à parler en représentant d’une génération, ce que tout le monde désire pour l’obituaire, je la déterminerais par la contemporanéité de ces deux choses, en disjonction donc, d’une part, ce temps confus que je viens d’évoquer où l’autrefois et le naguère passent l’un dans l’autre, d’autre part, un nouveau qui n’est pas renouveau mais plutôt absorption du présent dans l’arrivage de son futur, qu’on l’appelle fin de l’histoire, ou catastrophe, ou désastre, etc. Génération donc d’enjambements, enjambée, enjambante, de ses deux côtés à la fois, du côté de chez Proust et du côté de l’alarme écologique sur laquelle je terminerai. Mais n’était-ce pas Auschwitz qui selon Adorno disjoignait, disjoncta, et ne cessait de dissocier depuis lors l’avant et l’après, ouvrant une époque où la littérature, l’art, Dichtung, ne pourrait plus ressouder, suturer les deux temps, on va dire les deux temps européens. Or […] ne semble-t-il pas plutôt aujourd’hui, à l’échelle du mondial, worldwide, en américain, ou OMC en acronyme, que c’est le marché mondialisé, c’est-à-dire le capitalisme financier, la révolution informatique et la technologie du vivant qui désamarre décisivement le post du moderne.

Continuer la lecture de « À venir : conversation critique autour de Michel Deguy »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search