Conversation critique n°9 : H. Merlin-Kajman / M. Bloch

Hélène Merlin-Kajman commente un extrait d’Apologie pour l’Histoire ou Métier d’historien de Marc Bloch.

« Papa, explique-moi donc à quoi sert l’histoire. » Ainsi un jeune garçon qui me touche de près interrogeait, il y a peu d’années, un père historien. Du livre qu’on va lire, j’aimerais pouvoir dire qu’il est ma réponse. Car je n’imagine pas, pour un écrivain, de plus belle louange que de savoir parler, du même ton, aux doctes et aux écoliers. Mais une simplicité si haute est le privilège de quelques rares élus. Du moins cette question d’un enfant — dont, sur le moment, je n’ai peut-être pas trop bien réussi à satisfaire la soif de savoir — volontiers je la retiendrai ici comme épigraphe. D’aucuns en jugeront, sans doute, la formule naïve. Elle me semble au contraire parfaitement pertinente. Le problème qu’elle pose, avec l’embarrassante droiture de cet âge implacable, n’est rien de moins que celui de la légitimité de l’histoire.

Voilà donc l’historien appelé à rendre ses comptes. Il ne s’y hasardera qu’avec un peu de tremblement intérieur: quel artisan, vieilli dans le métier, s’est jamais demandé, sans un pincement de cœur, s’il a fait de sa vie un sage emploi? Mais le débat dépasse, de beaucoup, les petits scrupules d’une morale corporative. Notre civilisation occidentale tout entière y est intéressée.

Continuer la lecture de « Conversation critique n°9 : H. Merlin-Kajman / M. Bloch »

Saynète n°6.2 : H. Merlin-Kajman / I. Olécha

Hélène Merlin-Kajman commente un extrait de Pas de jour sans une ligne, de Iouri Olécha.

Oh, quelle scène il y eut dans mon enfance ! Tenez, nous revenons du parc avec ma grand-mère, moi d’un côté, ma sœur de l’autre. Ma grand-mère fait comme un triangle gris entre nous. Nous revenons du parc, où les crépuscules ont tant de charme… Voici déjà la rue, voici déjà les bâtiments comme autant de tambours gris.

Continuer la lecture de « Saynète n°6.2 : H. Merlin-Kajman / I. Olécha »

Saynète n°1 : Ovide / H. Merlin-Kajman

Une saynète d’Hélène Merlin-Kajman à partir d’un extrait des Héroïdes.

            « Ce que tu lis, Thésée, je te l’envoie de ce rivage, d’où, sans moi, tes voiles emportèrent ton navire, où je fus indignement trahie et par mon funeste sommeil et par toi, qui tendis un piège à mon sommeil.

Continuer la lecture de « Saynète n°1 : Ovide / H. Merlin-Kajman »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search