Lettre n°16 : un (gros) lézard

Le personnage principal de cette livraison d’avril est un lézard. Il est très grand, de couleur blanchâtre, a les yeux étincelants. Jean de Léry le croise une première fois en 1557 au Brésil. On le retrouve, bien des années plus tard, dans la saynète d’Eva Avian; il est contemplatif, comique, rêveur, et dissimule un mystère. Hélène Merlin-Kajman l’aperçoit également, se demande s’il n’est pas un crocodile. Puis, il se métamorphose à nouveau : dans une nouvelle conversation critique autour du texte de Lorenzo Bartalesi, L’Histoire naturelle de l’esthétique, Hélène Merlin-Kajman en fait le point d’appui d’un retour sur la question du sentiment esthétique animal. Ce lézard est un caméléon. Il traverse les siècles. Où est-il aujourd’hui ? Dans votre salle à manger? Caché dans le creux de nos oreillers ? N’hésitez pas à nous contacter si vous l’apercevez.

Sarah Nancy s’attache à un extrait de La Volonté de changer de bell hooks. Sa conversation critique y cherche un chemin pour construire du commun dans ce « double champ de “massacre” où les victimes de la violence masculine se mêlent [à des] hommes “estropiés”, “mutilés”» de leur sensibilité. Son parcours est difficile, sinueux, courageux. Un lézard, quoique vif acrobate, ne s’y risquerait pas (mais ce n’est qu’un lézard).

Bonne lecture !

BT

Prochaine conversation critique autour d’un extrait du livre de Matthieu Dupas, La Galanterie comme mode de vie.

Prochaine saynète autour d’un passage du Menteur de Corneille.

Lettre n°12 : Ne pas comprendre, ensemble

« On ne cherchera rien à comprendre dans un livre » : dans sa conversation critique, Adrien Chassain reprend cette préconisation de Deleuze et Guattari dans Mille plateaux pour dire qu’elle ne change rien à l’incompréhension ressentie précisément face à ce livre par une étudiante dont il rapporte l’exclamation : « J’ai tout lu, j’ai rien compris ! »

La mise en regard pourrait, dans un effet d’ironie, annuler l’une ou l’autre, mais ce n’est pas le cas : ni la formule tirée de Mille plateaux, ni le désarroi de cette lectrice ne sont réduits. Le rapport qu’ils entretiennent est cependant interrogé : Adrien Chassain affirme en effet que le livre de Deleuze et Guattari n’est pas de ceux « qui va nous aider à hériter des livres ». Retrouvant le sujet qui nous occupe à Transitions depuis maintenant bientôt deux ans, il laisse ainsi penser qu’il ne suffit pas de conclure que cette incompréhension équivaut au non-héritage que Mille plateaux appelle de ses vœux, c’est-à-dire au refus de ce qui se donne dans la linéarité et comme le prolongement d’une « racine principale », et qu’elle serait, en conséquence, une manière de répondre présente à l’appel du « Faites rhizome […]! ».

L’incompréhension, dans un autre sens, est aussi le problème de Billy Budd, sur lequel se penche Guido Furci dans sa saynète sur un extrait de la nouvelle de Melville. Ce « Beau Marin » résiste malgré lui à son incorporation dans l’équipage, il n’est pas compris par ceux qui l’entourent, comme le manifeste exemplairement son « bégaiement ou même pire », et, pour cette raison, échappe au lignage des « héros traditionnels ». Autrement dit, le rhizome comprend et attend Billy – qui n’en demande sans doute pas tant.

Peut-être que la solitude ne permet pas d’éprouver les bénéfices du « ne pas comprendre ». Qu’il faut un horizon de partages et de débats, l’horizon d’un ensemble, pour traverser l’incompréhension comme une chance. Les pratiques d’écriture inventées à Transitions ont à voir avec ce constat. C’est pourquoi elles ont à voir avec vous, qui nous lisez, qui écrivez – c’est pourquoi elles vous comprennent !

S.N.

Prochaines saynètes : un texte de Victor Hugo et un texte d’Honoré de Balzac

Prochaine conversation critique : un texte de Bernard Lahire

(Les textes peuvent nous être adressés jusqu’au 25 décembre 2023)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search