À venir : conversation critique autour de Roland Barthes

Votre conversation critique peut nous être adressée jusqu’au 28 avril 2023 à l’adresse suivante : transitions.informations@gmail.com

Pendant longtemps, la « langue essentielle » (c’est-à-dire la langue classique, la langue d’écriture) a dominé ; liée à la classe dominante, elle avait une prééminence qui sanctionnait la division des classes => condamnations portées contre le mal-parler et le mal-écrire. Mais aujourd’hui, il y a renversement : le « bien-écrire », entraîné dans la débâcle esthétique de la bourgeoisie, n’est plus « respecté », c’est-à-dire qu’il n’est plus observé (innombrables fautes de français à la Radio) ni aimé => tend à devenir langue très minoritaire et exclue => Notre attitude, notre décision : nous n’avons plus à concevoir l’écrire-classique comme une forme qu’il faut défendre en tant que forme passée, légale, conforme, répressive, etc., mais au contraire comme une forme que le roulement et l’inversion de l’Histoire sont en train de rendre nouvelle ; comme un langage volontairement artificiel, à part – équivalant à la poésie versifiée, aujourd’hui sans doute impossible – ou très difficile : puissance de distancement, acte langagier par lequel on entend signaler qu’on veut échapper à la mauvaise foi de l’universelle communication et à la libido dominandi qui gît, tapie comme un monstre, dans l’Universel Reportage (j’écris ceci le matin du suicide du ministre Boulin, 31 octobre 1979 ) => Autrement dit, nous devons concevoir aujourd’hui l’Écriture Classique comme déliée du Durable, dans lequel elle était embaumée => N’étant plus prise dans le Durable, elle devient Neuve ; ce qui est fragile est toujours nouveau ; il faut la travailler, cette Écriture Classique, afin de manifester le devenir qui est en elle. Rappelons-nous Nietzsche : « Les moyens d’expression du langage sont inutilisables pour dire le “devenir” : il appartient à notre indissoluble besoin de conservation de poser sans cesse un monde plus grossier d’êtres durables, de “choses”, etc.» => « Il n’y a pas de volonté ; il y a des fulgurations de volonté, dont la puissance croît et décroît sans cesse. » C’est, encore une fois, parce que l’écriture littéraire n’est plus durable qu’elle est allégée de son poids conservatif, et peut être pensée activement comme un devenir, quelque chose de léger, d’actif, d’enivrant, de frais : où est le Nouveau, l’Inédit ? Est-ce dans telle phrase de mon journal de ce matin (l’Universel Reportage) ou dans cette phrase écrite, cueillie parmi mille autres dans Chateaubriand (à propos de l’Amérique) : « Tout était éclatant, radieux, doré, opulent, saturé de lumière » ? Où est la diversité du Vivant ? Dans l’écriture, je devrais dire le writing des stéréotypes de l’Actuel, ou dans ce principe du Style (Flaubert, 1854, trente-trois ans) : « Il faut que les phrases s’agitent dans un livre comme les feuilles dans une forêt, toutes dissemblables en leur ressemblance » ?]  

Continuer la lecture de « À venir : conversation critique autour de Roland Barthes »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search