Lettre n°12 : Ne pas comprendre, ensemble

« On ne cherchera rien à comprendre dans un livre » : dans sa conversation critique, Adrien Chassain reprend cette préconisation de Deleuze et Guattari dans Mille plateaux pour dire qu’elle ne change rien à l’incompréhension ressentie précisément face à ce livre par une étudiante dont il rapporte l’exclamation : « J’ai tout lu, j’ai rien compris ! »

La mise en regard pourrait, dans un effet d’ironie, annuler l’une ou l’autre, mais ce n’est pas le cas : ni la formule tirée de Mille plateaux, ni le désarroi de cette lectrice ne sont réduits. Le rapport qu’ils entretiennent est cependant interrogé : Adrien Chassain affirme en effet que le livre de Deleuze et Guattari n’est pas de ceux « qui va nous aider à hériter des livres ». Retrouvant le sujet qui nous occupe à Transitions depuis maintenant bientôt deux ans, il laisse ainsi penser qu’il ne suffit pas de conclure que cette incompréhension équivaut au non-héritage que Mille plateaux appelle de ses vœux, c’est-à-dire au refus de ce qui se donne dans la linéarité et comme le prolongement d’une « racine principale », et qu’elle serait, en conséquence, une manière de répondre présente à l’appel du « Faites rhizome […]! ».

L’incompréhension, dans un autre sens, est aussi le problème de Billy Budd, sur lequel se penche Guido Furci dans sa saynète sur un extrait de la nouvelle de Melville. Ce « Beau Marin » résiste malgré lui à son incorporation dans l’équipage, il n’est pas compris par ceux qui l’entourent, comme le manifeste exemplairement son « bégaiement ou même pire », et, pour cette raison, échappe au lignage des « héros traditionnels ». Autrement dit, le rhizome comprend et attend Billy – qui n’en demande sans doute pas tant.

Peut-être que la solitude ne permet pas d’éprouver les bénéfices du « ne pas comprendre ». Qu’il faut un horizon de partages et de débats, l’horizon d’un ensemble, pour traverser l’incompréhension comme une chance. Les pratiques d’écriture inventées à Transitions ont à voir avec ce constat. C’est pourquoi elles ont à voir avec vous, qui nous lisez, qui écrivez – c’est pourquoi elles vous comprennent !

S.N.

Prochaines saynètes : un texte de Victor Hugo et un texte d’Honoré de Balzac

Prochaine conversation critique : un texte de Bernard Lahire

(Les textes peuvent nous être adressés jusqu’au 25 décembre 2023)

Lettre n°7 : « Finir par comprendre »

L’actualité du moment peut nous faire réfléchir au temps qui reste. Trop de temps de travail proportionnellement au temps de la vie, lui-même suspendu, sur un autre plan pas si autre, au temps qui resterait au monde avant de finir.

Ce régime de temps très spécial d’un « nouveau qui n’est pas renouveau mais absorption du présent », est exploré par Michel Deguy dans un texte aux mille nuances qui déjoue la déploration et la panique, mais semble tenté par la figure du « voyant », au double sens de ce qui est doué de vision et de ce qui donne l’alerte, à partir de laquelle se justifierait malgré tout un geste de transmission et de partage.

Jérôme David, s’autorisant de la définition du présent comme « écheveau d’étoffes à raccommoder sans cesse » qui sous-tend le propos de Deguy, l’interpelle pour le « chambrer un peu ». Et si, suggère-t-il en se référant à Ernesto De Martino, « la fin du monde » n’était jamais que « la fin d’un monde » ? Et si, pour retrouver un « tout […] qui ne doit pas s’anéantir », au nom duquel transmettre et partager, il fallait faire place aux « êtres autres qu’humains » ? Honneur aux méduses, alors. Et l’amour que proclame pour elles Jérôme David m’a fait penser aux œuvres de l’artiste américain Max Hooper Schneider, présentées au Musée d’Art contemporain de Montpellier en 2021 dans une exposition intitulée Pourrir dans un monde libre, qui scrutaient sans effroi la beauté de ce que pourrait être la vie d’après l’humain.

Continuer la lecture de « Lettre n°7 : « Finir par comprendre » »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search